Un colloque organisé par et pour les étudiants de première année du Master Mondes Médiévaux

Colloque « À l’ombre des arcs de pierre »

Les lundis 23 et 30 novembre 2020 se sont déroulées les deux sessions du colloque intitulé « À l’ombre des arcs de pierre. Panorama d’études claustrales (XIIe – XVe siècle) », donnant la parole, et c’est là sa particularité, à des étudiants de première année du Master Mondes Médiévaux. Ainsi, les dix étudiants de la promotion 2020-2021 ont accepté de prendre part à cette expérience pédagogique, initiée par Géraldine Mallet, professeur des universités en histoire de l’art médiéval.

L’organisation de ce colloque, dont les objets d’étude sont les cloîtres médiévaux, a été laissée aux soins de Coralie Duvot et Coline Gravier, deux étudiantes en deuxième année du Master, et de Gaëlle Pinède, doctorante au CEMM.

Plus que de proposer un aperçu d’un large panel de cloîtres européens, ainsi que des différentes méthodes qui peuvent être utiles à leur étude, il s’agissait donc d’offrir la possibilité aux étudiants de première année de présenter leurs recherches dans un cadre à la fois universitaire, professionnel et bienveillant.

Les deux sessions du colloque ont permis la découverte, ou la redécouverte, de neuf cloîtres différents.

Deux d’entre eux sont localisés à l’étranger : ceux de l’abbaye de Lyse (Norvège) et du monastère de Sázava (République tchèque). Ce dernier a fait l’objet d’une restitution par Warhorse Studio et Anthony Puech a mis en évidence les apports de la modélisation 3D. Ceux-ci, outre l’intérêt de pouvoir manipuler des édifices scannés, permettent également la restitution d’édifices en grande partie disparus, comme le cloître de Lyse présenté par Sarah Tjugen-Vidal et pour lequel cette dernière a pu mettre en lumière les liens avec l’ordre cistercien qui, par ailleurs, se retrouvent, plus près de nous, dans le cloître de l’abbaye de Fontfroide, étudié par Léa David. Puisqu’il est question des ordres, il faut mentionner l’un des principaux foyers de diffusion de l’ordre clunisien : l’abbaye Saint-Pierre de Moissac. Les chapiteaux historiés de son cloître ont été présentés par Jérôme Marini. S’agissant de programme iconographique, Johanna Lanfumey et Priscillia Fabiani se sont chargées d’étudier celui du cloître cathédral Saint-Trophime d’Arles : débuté au XIIe siècle, il n’est terminé que deux siècles plus tard. La question de l’achèvement du chantier est d’ailleurs présente dans l’étude de Nadir Ouali : le cloître de la cathédrale Saint-Nazaire-et-Saint-Celse de Béziers n’a, en effet, jamais reçu sa galerie supérieure. Outre cet aspect, la notion d’adaptation de l’édifice à différentes fonctions successives est toujours présente lorsqu’il s’agit d’étude du bâti : le cloître du monastère de Lérins, étudié par Sergeï Kévin Mira, en est le meilleur exemple. Cependant, il convient de rappeler que de nombreux cloîtres ont disparu. Rolland Maheux propose ainsi des méthodes adaptées à l’étude du cloître disparu de Saint-Pons-de-Thomières, mettant ainsi l’accent sur la nécessité du choix conscient des moyens utilisés pour renseigner un objet d’étude. Ceci implique également de choisir les approches et les aspects à étudier, à la manière de Valentine Bacconnier se concentrant sur les graffitis du cloître de l’abbaye de Montmajour.

Cloître de l’abbaye de Fontfroide. © Wikimedia Commons

Du fait des conditions sanitaires, les deux sessions de ce colloque ont été organisées en distanciel. Malgré les quelques problèmes techniques qui ont pu être rencontrés, tous les étudiants ont pu présenter le fruit de leur travail. Comme cela a été déjà mentionné, la richesse de ce colloque provient en partie de celle du Master, par essence pluridisciplinaire, mais surtout des étudiants. C’est bien la multiplicité des parcours universitaires, professionnels et personnels qui a contribué aux échanges qui ont pu avoir lieu entre les intervenants, les étudiants de deuxième année du Master et les enseignants.

Cloître de la cathédrale Saint-Trophime d’Arles. © Wikimedia Commons

Ainsi ce colloque, conçu pour permettre aux étudiants de première année d’expérimenter le monde de la recherche, peut être considéré comme une réussite tant pédagogique et didactique que méthodologique. Cette expérience sera prolongée au semestre prochain avec la rédaction des actes de colloque, dans le cadre des ateliers thématiques dispensés par Sylvain Demarthe.

Nous tenons donc à les remercier, pour avoir eu le courage d’intervenir devant un public composé de spécialistes et pour avoir réussi cet exercice. Quels que soient les chemins qu’ils jugeront bon de prendre à l’issue de ce Master, nous espérons qu’ils n’oublieront pas ce dont ils ont été capables lors de ce colloque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search