Une étudiante de Master 2 obtient une allocation pour son mémoire : entretien avec Coline Gravier

propos recueillis par Kévin Mira et transcrits par Coline Gravier

Coline Gravier est étudiante en Master 2 Mondes Médiévaux. Elle a obtenu pour son mémoire, actuellement en cours de rédaction sous la co-direction de Sylvain Demarthe et Géraldine Victoir, une allocation de formation et de recherche allouée par la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture.

Kévin : Coline, peux-tu nous présenter ton sujet de mémoire ?

Coline : Alors, le sujet de mon mémoire de cette année se place dans la continuité de mon mémoire de Master 1. Au cours de cette première recherche, j’ai étudié la façade occidentale (photo 1) de l’abbatiale de Saint-Antoine-l’Abbaye (Isère) [maps] et ce, d’un point de vue purement architectural. Pour continuer ce projet, j’ai décidé en deuxième année de travailler sur le décor sculpté du portail majeur de cette même façade (photo 2).

Comment as-tu connu cette allocation et quelles sont les démarches ?

Ce sont les enseignantes Géraldine Mallet et Géraldine Victoir qui m’ont fait suivre, début janvier 2021, l’annonce du lancement de la campagne de l’allocation de formation et de recherche. En lisant les critères d’attribution, je me suis rendue compte que mon projet pouvait y correspondre. J’ai donc décidé de poser ma candidature. Les démarches sont plutôt simples. En plus du formulaire de candidature, il faut fournir : une lettre de motivation, un projet de 5 pages, l’avis du directeur ou de la directrice de recherche – dans mon cas il me fallait deux lettres de recommandations puisque je suis en co-direction – ainsi que de l’avis du service patrimonial territorial, soit la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) pour la catégorie de Monuments Historiques. Finalement, le plus long c’est de contacter la DRAC mais ce n’est rien de bien sorcier.

Photo 1. Saint-Antoine-l’Abbaye (Isère) © C. Gravier

Quel est le but de cette allocation et quel montant représente-t-elle ?

Au total, je vais toucher 2 745 euros. J’ai déjà perçu 60 % de la somme, en avril, à réception de la notification. Je recevrai les 40 % restants après avoir rendu mon rapport final. Cette aide est surtout un soutien financier au quotidien mais grâce à l’allocation j’ai pu financer, entre autres, mes allers-retours entre Montpellier et Saint-Antoine mais aussi voir de mes propres yeux une œuvre conservée au musée des Beaux-Arts de Dijon, qui me sert pour des comparaisons. Sans cela, j’aurais dû prendre sur mes économies et j’aurais certainement effectué moins de déplacements.

Il n’y a donc pas de contrainte d’utilisation ?

Non pas du tout, il n’y a pas de factures ou de justificatifs à fournir. Il faut seulement rendre un rapport afin de faire état de l’avancée des recherches.

Justement, en quoi consiste ce rapport ?

Il y a deux types de rapports : si les recherches sont terminées, l’allocataire peut envoyer directement son mémoire achevé, sinon il lui faut concocter un rapport intermédiaire relatant des recherches en cours. Ce qui est mon cas, car je soutiens en septembre.

Photo 2. Saint-Antoine-l’Abbaye (Isère), décor du portail majeur © C. Gravier

Tu es en deuxième année, as-tu des conseils à donner aux nouveaux étudiants qui voudraient rejoindre le Master Mondes Médiévaux ?

Déjà, je leur conseillerais de choisir un sujet de recherche qui les intéresse car passer une année universitaire, voire deux, sur un même sujet doit être perçu comme un plaisir et non comme une contrainte. Particulièrement, pour les historiens et historiennes de l’art, je leur conseillerais également de choisir un ou des édifice(s) facilement accessible(s) car il me paraît primordial de pouvoir accéder et voir soi-même son objet d’étude. Enfin, je leur dirais de ne pas avoir peur de discuter et de se confier à leur directeur ou directrice de recherche, qui est là pour les soutenir et les aider dans cet exercice. Surtout, si ce genre d’opportunité s’offre à eux, il ne faut pas hésiter à postuler. Qui ne tente rien n’a rien, comme on dit.

Enfin, comment décrirais-tu l’ambiance au sein du Master ?

C’est une ambiance très conviviale ! Lors de mon entrée en Master, les étudiants de deuxième année ont eu à cœur de nous intégrer au sein du laboratoire, donc à la fois au sein des étudiants de Master mais aussi auprès des doctorants et des enseignants. Ma promotion a donc perpétué cette tradition avec la nouvelle promotion de Master 1 et des liens se sont tissés entre les différentes années. Aussi, comme nous sommes en petit effectif, les enseignants sont proches de nous. Au final, le CEMM c’est un peu comme une famille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search