Un stage de recherches en archives : l’étude de l’hôpital Saint-Jacques de Capestang par Léa David

Léa David

Étudiante en M2 Master Mondes Médiévaux, Léa David a réalisé de juin à septembre 2021 un stage de 3 mois au sein de la Communauté de Communes Sud-Hérault. Ce stage avait pour but l’étude de l’hôpital Saint-Jacques de Capestang à travers les archives communales du XVe au XVIe siècle. Elle raconte à travers cet article son expérience de recherches en archives.

Le stage sur l’hôpital Saint-Jacques de Capestang a été proposé aux étudiants de M1 de l’année 2020-2021 par le corps enseignant. Après étude de l’annonce de stage, j’ai décidé de postuler, car les missions proposées pouvaient se révéler très formatrices. Il s’agissait essentiellement d’un travail en archives, qui impliquait la transcription puis la traduction de sources médiévales latines datant du XVe siècle. En plus d’un véritable exercice de recherche, il représentait l’occasion d’appréhender le travail d’historien avec des sources brutes [1], chose dont je n’avais pas eu l’habitude. Il était également demandé de chercher un lien entre l’hôpital et les pèlerins de saint Jacques qui auraient pu passer par Capestang. Grâce aux recommandations de mes enseignants (M. Demarthe et Mme Trivellone), j’ai donc eu la chance de décrocher ce stage.

Figure 1 – Façade de l’hôpital Saint-Jacques de Capestang (©Communauté de Communes Sud-Hérault)

Dans un premier temps, j’ai recherché de la bibliographie qui pouvait me renseigner sur le contexte dans lequel a été créé l’hôpital. Cela impliquait donc une bonne connaissance des établissements hospitaliers et leur fonctionnement au Moyen Âge, mais également sur les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle et l’accueil dont ils bénéficiaient dans les villes.

Recueil de reconnaissances de 1492 à 1494, Capestang, Archives communales, GG22, f.51r (©Léa David)

Une fois toutes ces informations trouvées, j’ai donc pu commencer le travail en archives. Cette seconde partie de mon travail m’a pris le plus de temps. En effet, malgré mes connaissances en paléographie, il a été difficile de comprendre à quoi j’avais affaire. Je devais traiter des reconnaissances [2] en latin sur une période allant de 1477 à 1508. Il a donc fallu mettre en place une véritable méthodologie de travail, afin de tirer le plus d’informations possibles de ces sources. En plus d’un travail d’archives, j’ai effectué un travail de terrain, en allant visiter d’autres monuments de la Communauté de communes qui pourraient être liés de près ou de loin à mon sujet. Je me suis rendue à l’abbaye de Fontcaude, au château de Puisserguier ou encore à l’abbatiale de Quarante, afin de rencontrer plusieurs personnes qui pourraient me renseigner sur l’histoire locale. Une fois toutes les recherches faites, j’ai donc rédigé une monographie sur le bâtiment, retraçant son histoire à partir des sources médiévales le mentionnant. Ce travail, réparti sur 3 volumes, sera utilisé par la Communauté de communes dans l’optique d’une valorisation du patrimoine capestanais.

Bien que le travail de recherche implique une grande autonomie, j’ai eu la chance de bénéficier de l’aide de plusieurs personnes. Je peux compter parmi elles Christine Moretti et Philippe Barjaud, créateurs de la jeune association « Capestang, plus de mille ans d’Histoire ». Grâce à eux, j’ai pu rencontrer Jacques Michaud, ancien professeur d’histoire du droit à l’Université de Montpellier et président de la commission archéologique narbonnaise. J’ai également eu l’honneur de travailler avec Monique Bourin, professeure émérite de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. L’aide de toutes ces personnes a permis de réaliser le travail le plus complet possible, dans le respect des normes que j’ai pu apprendre pendant ma première année de master.

Malgré tout, j’ai été confrontée au problème que plusieurs chercheurs ont déjà rencontré dans leur carrière. Il s’agit du dialogue instauré entre l’historien, le patrimoine et le tourisme. Lorsqu’un historien entame des recherches, il est courant pour les secteurs touristiques d’avoir des idées prédéfinies de ce qu’ils pourraient faire avec les résultats obtenus. Dans le cadre de mon travail, il s’agissait de fournir au service patrimoine des informations sur les pèlerins de saint Jacques qui auraient pu servir à valoriser l’hôpital, grâce à un panneau récapitulant son histoire médiévale. Cependant, au gré de mes recherches, je me suis aperçu que la mention des pèlerins était inexistante dans les documents relatifs à l’hôpital, et donc qu’il n’y avait pas matière à faire de panneau touristique en lien avec ceux-ci. Il a donc fallu faire part de ces découvertes, qui n’allaient pas dans le sens de ce que l’on s’attendait à trouver. C’est une situation complexe, car on doit réussir à faire entendre à plusieurs personnes que les projets qui avaient pu être réfléchis autour des spéculations sur les sources ne pourront pas tous aboutir. J’ai donc pu me mesurer aux futurs problèmes que je pourrais rencontrer dans mon domaine de recherche, à savoir l’histoire de l’hérésie dans le Midi. Il faut donc savoir s’affirmer et faire valoir ses recherches, en argumentant avec les sources, et c’est un très bon exercice pour prendre confiance en soi et en son travail. Pour ce faire, j’ai pu compter sur le soutien de Monique Bourin et de mes enseignants.

Ce stage a représenté une véritable chance de me confronter au métier de chercheur. Il m’a permis de développer l’autonomie déjà acquise lors de mon mémoire de M1. Même si l’objet de ce travail est éloigné de mon sujet de recherche (à savoir Foulques de Toulouse et les hérétiques), il s’agit d’une bonne expérience pour me former encore mieux à la recherche et mesurer les difficultés auxquelles je ferai face dans le futur. J’ai pu développer de réelles réflexions personnelles, et être confrontée au problème de l’absence d’études sur le sujet que je traitais. Cela m’a conforté dans mon projet professionnel et dans l’idée de vouloir poursuivre une thèse à la fin du master.

Pour finir, je conseillerais à tous les étudiants qui en ont l’occasion d’effectuer un stage au cours de leur master. Je pense qu’il s’agit d’une excellente opportunité de mieux appréhender le monde professionnel. Il ne faut pas craindre de tenter l’expérience, car on en ressort grandi et fort de nouvelles compétences qui seront utiles, peu importe le projet professionnel post master.


[1] J’entends par là le travail direct sur des recueils du XVe siècle, et non des éditions de sources comme j’ai pu en étudier lors de mon mémoire.

[2] Acte notarié dans lequel le propriétaire d’un héritage cède à quelqu’un la jouissance de celui-ci pour un temps, à la charge d’une redevance annuelle que le bailleur réserve sur cet héritage.


Léa David

Étudiante en deuxième année de Master Histoire et Histoire de l'Art des Mondes Médiévaux, université Paul-Valéry Montpellier 3.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search