Sainte-Marie de Fontfroide, l’exemple d’un cloître cistercien en Languedoc au XIIIe siècle

Léa David

Après un détour par une première année en PACES, Léa – passionnée d’histoire depuis le plus jeune âge – s’inscrit en licence d’Histoire à Béziers en 2017. Très vite, elle développe un grand intérêt pour le Moyen Âge et décide naturellement de se spécialiser dans cette période. Le mémoire de Léa, placé sous la direction d’Alessia Trivellone, porte sur “Foulques de Toulouse (1155-1231). Étude du parcours d’un troubadour devenu évêque”.


 

L’abbaye Sainte-Marie de Fontfroide est située dans le département de l’Aude, à une quinzaine de kilomètres à l’Ouest de Narbonne. Elle s’élève dans le massif des Corbières. Bâtie à côté d’une source d’eau, c’est d’elle qu’elle tient son nom. Fontfroide, frons frigida en latin, signifie « la source froide ». L’abbaye est fondée en 1093 par des moines bénédictins, grâce à l’action du comte Aymeric Ier de Narbonne. Ce n’est qu’en 1146 qu’elle est affiliée à l’ordre de Cîteaux. Ce rattachement est confirmé en 1157 par Ermengarde, petite-fille d’Aymeric Ier de Narbonne[1]. L’abbaye de Fontfroide traverse ainsi les siècles, jusqu’à devenir au XIIIe siècle un bastion de l’orthodoxie dans la lutte contre l’hérésie des Albigeois. Deux légats du pape Innocent III envoyés en tant que prédicateurs avant la croisade contre les Albigeois sont issus de cette abbaye : il s’agit de Pierre de Castelnau et de Raoul de Fontfroide[2].

L’abbaye de Fontfroide est constituée de plusieurs bâtiments essentiels à la vie de la communauté monastique. Avant tout, nous devons rappeler que l’abbaye a subi des restaurations à partir du XXe siècle, lorsque Gustave Fayet et Madeleine d’Andoque de Sériège en deviennent les propriétaires. Elle était alors en piteux état et les travaux de restauration ont duré dix ans[3]. L’ensemble abbatial comprend une église érigée au Sud du monastère. À l’Ouest, nous retrouvons les bâtiments attribués aux convers tels qu’un dortoir et un réfectoire[4]. La galerie nord regroupe, quant à elle, toutes les pièces réservées aux moines de chœur (dortoir, réfectoire). Enfin, à l’Est, se situe la salle capitulaire. Tous ces bâtiments sont reliés les uns aux autres par un cloître, qui tient donc une place importante au cœur de cet ensemble monastique. Situé entre le mur nord de la nef et le bras nord du transept de l’abbatiale, ce cloître est l’objet de la présente étude.

Fig. 1 : Vue panoramique des galeries ouest (à gauche) et sud (à droite) © L. David.

De plan trapézoïdal, il est constitué de quatre galeries mesurant 29 m de long et 3,80 m de large[5]. Chacune des galeries est divisée en quatre travées séparées les unes des autres par des arcs doubleaux brisés, et chacune des travées est voûtée d’une croisée d’ogives. Elles s’ouvrent sur le préau par une grande diversité de baies et d’arcatures que nous décrirons ultérieurement.

Un premier cloître est construit entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle. Il était simplement couvert d’un toit en appentis à charpente apparente[6]. Par la suite il subit de nombreux remaniements, qui atteignirent leur apogée au XIIIe siècle, lorsque l’abbaye entra dans une ère de grande prospérité. Le deuxième cloître voit finalement le jour dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Nous verrons, dans les lignes qui suivent, les principales caractéristiques architecturales et ornementales et leur évolution à travers les siècles. Puis nous insisterons sur les détails des sculptures présentes tout au long de ces galeries.

L’architecture des galeries

À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle – début du XIVe siècle, les galeries ont été reconstruites dans le but d’achever l’organisation des bâtiments de vie communautaire[7]. Cela est possible car l’abbaye entre alors dans une ère de grande prospérité[8]. L’étude archéologique de ce cloître apporte une multitude de renseignements importants, qui permettent de retracer l’historique de reconstruction de ce dernier. Comme le souligne Sylvain Demarthe dans son article, des traces d’aménagements plus anciens ont été trouvées dans la galerie sud. Il a été relevé que les arcs formerets des voûtes sur croisée d’ogives masquent une assise régulière de pierres blanchâtres mais aussi un niveau d’ouvertures bouchées[9]. Cette découverte est bien la preuve de la présence antérieure d’une première construction, qui a été refaite dans les siècles qui suivent.

Fig.2 : Galerie ouest © L. David.

La diversité retrouvée dans l’architecture des galeries est frappante, elle est très certainement due à ces travaux de reconstruction. Il y a tout d’abord la galerie sud, dont la claire-voie ouvre sur le préau, et qui est composée d’arcs brisés qui enserrent quatre arcatures jumelées en plein cintre. Les deux tympans à l’extrémité de cette claire-voie sont percés d’un oculus, tandis que les deux autres sont percés de trois oculi plus petits (fig.1). Nous pouvons faire les mêmes observations pour la galerie ouest, à la seule différence que tous les tympans sont percés d’un seul oculus. En revanche, nous pouvons observer que la dernière ouverture de la claire-voie n’est en fait qu’une grande arcade simplement brisée (fig.2). L’étude de la galerie nord est beaucoup plus simple. En effet, celle-ci s’ouvre sur le préau par de simples grandes arcades brisées. Elle a d’ailleurs été reconstruite lors de travaux de restauration au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La galerie orientale reste la plus singulière. Ses arcs brisés enserrent trois arcatures jumelées en plein cintre. Les tympans sont percés d’un oculus. De grandes arcades trouvent place entre les arcs brisés (fig.1). Cette architecture est comparable, aux dires Jules de Lahondès à celle du cloître cathédral de Tarragone, en Espagne[10]. Un puits, entouré d’un petit jardin, prend place au cœur du cloître, et une vaste citerne s’étend sous le préau du cloître[11].

Fig. 3 : Cul-de-lampe de la galerie ouest © L. David.

Le plan du cloître de Fontfroide laisse entendre que les galeries sont couvertes de voûtes en croisée d’ogives. Sur place on constate que leur profil est torique et qu’elles reposent sur des culs-de-lampe ornés de crochets ou de feuillages (fig.3) et vers l’extérieur sur un faisceau de trois colonnettes adossées au mur[12]. Dans la galerie ouest, les voûtes sont quadripartites. Il s’agit d’un croisement de deux ogives, formant quatre voûtains (fig.2). Ce modèle se rencontre aussi dans les galeries nord et est alors qu’au Sud le couvrement est plus complexe. Il faut d’abord noter qu’il s’agit de la galerie la plus ancienne de ce cloître[13]. Des ogives transversales, des liernes, y ont été ajoutées, multipliant ainsi les voûtains qui sont au nombre de huit. Le voûtement octopartite semble ici plus esthétique que structurel (fig.1).

Ainsi, les cisterciens ont largement contribué à la diffusion dans le Midi de la voûte sur croisées d’ogives[14]. Toutes ces modifications effectuées au cours des siècles dans le cloître semblent avoir été favorisées par l’enrichissement progressif de l’abbaye, et grâce à de nombreux dons de divers seigneurs, qui sont confirmés dans une bulle du pape Innocent II[15] en 1132. Le cloître de Fontfroide possède une architecture complexe, qui a évolué au fil des siècles, quant à son décor celui-ci, nous allons le voir, est gothique.

Sculpture des colonnes et décors végétaux

Les colonnes du cloître sont toutes géminées et animées d’un jeu de polychromie avec du marbre de couleur rouge et blanc veiné de gris. Leur datation est incertaine, à cause des diverses restaurations. La provenance des matériaux marbriers n’est pas sûre non plus, et plusieurs hypothèses sont avancées. Nous savons en revanche que l’extraction du marbre rouge a été très active dans la région du Conflent (Pyrénées-Orientales) au cours du Moyen Âge[16]. Les griffes des bases de ces colonnes sont sculptées de motifs végétaux, qui rappellent ceux que l’on peut observer sur les chapiteaux du cloître (fig.4).

Jean-Louis Biget estime que l’abandon des chapiteaux historiés pour favoriser les motifs végétaux a contribué « à appauvrir et à unifier les formules mises au point dans les ensembles monastiques cisterciens au cours des trente dernières années du XIIe siècle »[17]. Nous devons souligner que nous étudions ici ce qui semble être des copies datées du XVIIe siècle[18]. Pour autant, ces dernières nous permettent de réaliser la véritable richesse des décors végétaux des chapiteaux au sein du cloître. Leur diversité est tout aussi flagrante. Trois types de décors végétaux alternent : des « feuilles d’eau », d’apparence assez simple, voire schématique, où le relief est très peu détaillé et très sobre, comme nous pouvons le remarquer sur l’exemple d’un des chapiteaux de la salle capitulaire[19]. Le deuxième groupe se distingue par des chapiteaux aux reliefs beaucoup plus détaillés et travaillés. Ils sont sculptés de feuillages tréflés, qui peuvent être comparés à ceux qui ornent le cloître de l’abbaye de Valmagne (Hérault)[20]. Enfin, le troisième et dernier type se présente sous la forme de chapiteaux ornés de feuilles à crochet (fig.5). Ce décor fait du cloître de Fontfroide un exemple du développement du gothique en Languedoc méditerranéen et de sa grande diversité au cœur d’un cloître cistercien.

Finalement, le cloître de Fontfroide s’inscrit dans une lignée de reconstructions de la seconde moitié du XIIIe siècle, comparables à celles que l’on retrouve dans les abbayes cisterciennes de Valmagne ou de Villelongue (Aude). Ces évolutions architecturales connues au cours des siècles sont explicables par l’importance croissante de l’abbaye. Cette dernière s’enrichit considérablement en quelques décennies, ce qui permet la reconstruction du cloître en particulier. Ainsi, ce dernier porte encore les traces de ces modifications, et sa diversité architecturale en est la preuve. D’un point de vue artistique, il est important de noter la présence du jeu de polychromie, particulièrement marqué. En outre, l’observation des chapiteaux permet de remarquer une évolution au cours des siècles, puisque l’on passe de décors végétaux très peu détaillés (feuille d’eau) à des motifs beaucoup plus complexes (crochets, végétaux). Cette étude montre ainsi, qu’au cours de son histoire, le cloître de Fontfroide a vu se mêler plusieurs styles architecturaux, en évolution avec son temps. Malgré le développement du gothique au sein du monastère, il est étonnant de retrouver un décor plutôt riche dans un cloître cistercien, ce qui n’est pas en total accord avec les principes de modestie et de sobriété prônés par l’Ordre. Pour autant, un simple article ne pourrait suffire à développer ici la question historiographique autour du concept d’art cistercien. Malgré tout, cela reste une question à développer et sujette à de nombreuses controverses.


Bibliographie

ANDOQUE, BLANC 1985

ANDOQUE Nicolas (d’), BLANC Jean, L’abbaye de Fontfroide : guide du visiteur, Carcassonne, Centre d’archéologie du Languedoc, 1985.

BIGET, PRADALIER, PRADALIER-SCHLUMBERGER 1986

BIGET Jean-Louis, PRADALIER Henri, PRADALIER-SCHLUMBERGER Michèle, « L’art cistercien dans le Midi toulousain », Cahiers de Fanjeaux.21 : Les cisterciens et le Languedoc (XIIIe-XIVe siècle), 1986, p. 313-370.

BURTON, KERR 2011

BURTON Janet, KERR Julie, The Cistercians in the Middle Ages, Woddbridge, The Boydell Press, 2011.

CAUVET 1875

CAUVET Émile, « Étude historique sur Fontfroide, abbaye de l’ordre de Cîteaux, située dans le diocèse et la vicomté de Narbonne (de 1093 à 1790) », Bibliothèque de l’École des chartes, 36, 1875, p. 333-342.

DEMARTHE 2016

DEMARTHE Sylvain, « Autour des cloîtres cisterciens de Valmagne, Fontfroide et Villelongue : de l’esprit de sobriété à la richesse ornementale (seconde moitié XIIIe siècle-début XIVe siècle) », ROSSI VAIRO Giulia, RAMÔA MELO Joana (éd.), Claustros no mundo mediterrânico. Séculos X-XVIII, actes de l’Incontro internacional sobre Claustros … (Lisbonne, Museu Nacional de Arte Antiga, 20-22 juin 2013), Coimbra, Almedina, 2016, p. 287-301.

JAMROZIAK 2014

JAMROZIAK Emilia, « Cistercian Abbots in Late Medieval Central Europe: Between the Cloister and the World », HEALE Martin (éd.), The Prelate in England and Europe (1300-1560), Woodbridge ; Rochester, York Medieval Press ; The Boydell Press 2014, p. 240-260.

KINDER 1990

KINDER Terryl N., « L’abbaye cistercienne », Saint Bernard et le monde cistercien, catalogue d’exposition, Paris, La Conciergerie, 18 décembre 1990-28 février 1991, p. 77-93.

LAHONDÈS 1907

LAHONDÈS Jules (de), « Abbaye de Fontfroide », Congrès archéologique de France. LXXIIIe session, tenue à Carcassonne et Perpignan en 1906, 1907, p. 61-64.

PAUL 1988

PAUL Vivian, « The Begginings of Gothic Architecture in Languedoc », The Art Bulletin, 70/1, 1988, p. 104-122.

PRADALIER-SCHLUMBERGER 1974

PRADALIER-SCHLUMBERGER Michèle, « La naissance de la sculpture gothique à Carcassonne », Cahiers de Fanjeaux. 9 : La naissance et l’essor du gothique méridional au XIIIe siècle, 1974, p. 317-329.

PRADALIER-SCHLUMBERGER 1998

PRADALIER-SCHLUMBERGER Michèle, « La sculpture prégothique en Languedoc : première moitié du XIIIe siècle », PRADALIER-SCHLUMBERGER Michèle, Toulouse et le Languedoc : la sculpture gothique (XIIIe-XIVe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 1998, p. 11-44.

SMITH, 2005

SMITH William L., « Monastic Spirituality Beyond the Cloister: A Preliminary Look at Lay Cistercians », Research in the Social Scientific Study of Religion, 16, 2005, p. 17-40.


[1] LAHONDÈS 1907, p. 61.

[2] ANDOQUE, BLANC 1985, p. 11.

[3] Ibid., p.16.

[4] Il s’agit de laïcs venant travailler à l’abbaye.

[5] ANDOQUE, BLANC 1985, p. 19.

[6] Ibid.

[7] DEMARTHE 2016, p. 287.

[8] BIGET, PRADALIER, PRADALIER-SCHLUMBERGER 1986, p. 330.

[9] DEMARTHE 2016, p. 294.

[10] LAHONDÈS 1907, p. 63.

[11] Ibid.

[12] ANDOQUE, BLANC 1985, p. 19.

[13] Ibid.

[14] BIGET, PRADALIER, PRADALIER-SCHLUMBERGER 1986, p. 350.

[15] ANDOQUE, BLANC 1985, p. 9.

[16] DEMARTHE 2016, p. 298.

[17] BIGET, PRADALIER, PRADALIER-SCHLUMBERGER 1986, p. 346.

[18] DEMARTHE 2016, p. 296.

[19] Il faut noter que la construction de la salle capitulaire, datée aux alentours de 1200, est antérieure à celle du cloître.

[20] DEMARTHE 2016, p. 296.



Citer ce billet
Léa David (2021, 11 octobre). Sainte-Marie de Fontfroide, l’exemple d’un cloître cistercien en Languedoc au XIIIe siècle. Master Mondes Médiévaux – Montpellier 3. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rid6

Léa David

Étudiante en deuxième année de Master Histoire et Histoire de l'Art des Mondes Médiévaux, université Paul-Valéry Montpellier 3.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search