Approche iconographique des galeries gothiques du cloître cathédral Saint-Trophime d’Arles (Bouches-du-Rhône, XIVe siècle)

Le parcours universitaire de Priscillia commence à Béziers avec une licence d’Histoire. Ne pouvant y poursuivre les cours de Géographie, elle change donc de lieu d’étude et intègre la licence de Montpellier pour y suivre le cursus en Histoire Géographie. Elle obtient son diplôme en 2020 et s’engage dans le master Histoire et Histoire de l’art des Mondes Médiévaux. Les recherches de Priscillia ont pour thème La représentation du phénix dans les bestiaires (XIIe-XVe siècle) sous la direction de Sylvain Demarthe.


Fig. 1 : Portail du cloître de Saint-Trophime d’Arles © Wikimedia Commons.

La ville d’Arles, capitale du comté de Provence à la suite du partage de la Provence entre les comtes de Toulouse et de Barcelone en 1125, se dote d’un consulat en 1131. Au cours du XIIe siècle, l’ancienne basilique Saint-Étienne changea de statut et de patron pour devenir la cathédrale Saint-Trophime, dont la construction a débuté vers 1100[1] pour ne se terminer qu’au cours du XVe siècle. Le changement de vocable résulte du transfert des reliques de saint Trophime en 1152 depuis les Alyscamps (Champs-Élysées en provençal), ancienne nécropole des évêques d’Arles. La légende rapportée par Grégoire de Tours (Histoires, Livre 1, rédigée entre 574-594) fait de Trophime le premier évêque de la cité arlésienne vers 254, envoyé, sous le règne de l’empereur Dèce (entre 201-251), par le pape Fabien depuis Rome avec six autres missionnaires, convertir la Gaule au christianisme.

La cathédrale romane, dont le portail sculpté, daté de 1180-1190 et grandement inspiré de l’art antique, fait partie des édifices les plus importants de la Provence médiévale. Son chantier prit fin avec l’ajout d’un chœur gothique en 1464. Sa renommée est aussi due à son cloître, dont la construction, débutée vers 1150, s’est aussi étendue dans le temps. Ainsi a-t-il la particularité de mêler à la fois l’art roman et l’art gothique. Nos propos se concentreront sur programme iconographique des galeries sud et ouest, c’est-à-dire les plus récentes, de style gothique.

Fig. 2 : Galerie sud du cloître de Saint-Trophime
© Wikimedia Commons.

Historique du cloître

Au Sud-Est de la cathédrale, déplacée au Ve siècle au cœur de la cité antique et reconstruite au XIIe siècle, s’élève son cloître aux claires-voies romanes et gothiques. De forme approximativement rectangulaire, il mesure 28 m de long sur 25 m de large et dispose de quatre galeries. Ses claires-voies se composent de colonnes géminées surmontées de chapiteaux sculptés. La construction des deux premières galeries romanes, au Nord-Est, débute vers 1150 et prend fin vers 1210-1220[2]. Pendant près d’un siècle, le cloître reste en partie inachevé et il faut attendre le XIVe siècle pour assister à la reprise des travaux.

Fig. 3 : Plan des galeries du cloître et légende des sculptures, © http://www.infos-patrimoinespaca.org/articles/articles_pdf/telecharge.php?pdf=dossier_30.pdf.

Sous l’épiscopat de Guillaume de la Garde (1361-1374) débute, entre 1370-1380[3], l’érection de la galerie sud du cloître à partir de l’angle sud-est. À la différence des galeries romanes, le voûtement est ici en croisées d’ogives, les chapiteaux méridionaux reposent sur six colonnes géminées. Les chapiteaux placés à l’extérieur de la galerie alternent les représentations, à décor de végétaux pour trois d’entre eux, ornés d’animaux pour les trois autres, dont deux chimères, un lion, une sirène et un griffon.

La première galerie (Sud) : Le roman de saint Trophime

Les chapiteaux internes de la galerie, quant à eux, reprennent les éléments du Roman de saint Trophime, un poème composé vers 1221-1226, dont l’auteur est encore inconnu à ce jour. Le premier chapiteau (n°83) représente le Christ bénissant les Alyscamps[4] et le suivant la Vierge à l’Enfant (n°85). Les quatre qui suivent reprennent les événements qui ont eu lieu bien après la mort du saint.

Fig. 4 : Chapiteau n°83, Christ bénissant les Alyscamps
© Wikimedia Commons.
Fig. 5 : Chapiteau n°85, Vierge à l’enfant
© Wikimedia Commons
.

Au temps de Charlemagne, roi puis empereur des Francs de 768-814, l’un des barons de son armée aurait giflée l’archevêque de Reims, Turpin qui, selon la légende, était un compagnon du souverain. En guise de châtiment, ce dernier aurait condamné le coupable ainsi que neuf membres de sa famille à être pendus. Avant leur supplice, les condamnées se seraient recueillis sur la tombe de saint Trophime (n°89). Ils sont représentés à genoux, les mains jointes, les uns derrière les autres. Après cela, ils sont montrés pendus aux Fourcherons (lieu où se dresse les gibets) ou se produit le miracle du saint (n°91) qui sauvent les malheureux. Les différents personnages sont représentés les mains liées dans le dos et la corde au cou pendue, mais à l’expression de leurs visages on comprend qu’ils sont encore en vie.

Fig. 6 : Chapiteau n°89, Barons devant les reliques de saint
trophime © Wikimedia Commons.

Sur le dernier chapiteau de la galerie apparaissent les suppliciés qui, ayant obtenu la grâce de l’empereur qui avait constaté le miracle, se recueillent une dernière fois devant les reliques de saint Trophime et, pour le remercier de son intervention, choisissent de devenir moines (n°93).

Fig. 7 : Chapiteau n°91, Pendaison des barons aux Fourcherons © Wikimedia Commons.
Fig. 8 : Chapiteau n°93, Pardon de Charlemagne, les barons
devant les reliques de saint trophime
© Wikimedia Commons.

La seconde galerie (Ouest) : l’énigmatique

La seconde galerie, plus récente, est aussi la plus énigmatique. On ne dispose pas de date très précise pour sa construction, qui prend fin sous l’épiscopat de Jean de Rochechouart, soit entre 1390 et 1398. Comme dans le cas précédent, les chapiteaux externes sont ornés de motifs végétaux pour trois d’entre eux, les quatre autres représentant des animaux, des personnages et des créatures fantastiques, dont des chimères et un dragon.

Le programme iconographique des chapiteaux des sept colonnes géminées de la galerie est discontinu et mélange événements bibliques et légendes de la Provence médiévale[5] . Il débute par la lapidation de saint Étienne (n°95). Le saint apparaît entre deux personnages dont le mouvement est suggéré par les différentes mains placées au-dessus de sa tête. Le troisième chapiteau (n°99) reprend la légende provençale de sainte Marthe et de la Tarasque, qui a donné son nom à la ville de Tarascon, située à 20 km au Nord-Est d’Arles. Dragon d’eau originaire d’Asie Mineure, fille hypothétique du Léviathan, la Tarasque aurait émigré vers le Rhône, vers Tarascon, où elle aurait terrorisé la population. La description de l’animal est variable : sur le chapiteau elle sculptée avec une carapace de tortue, quatre pattes dotées de griffes puissantes pour mettre en pièce ses victimes et une tête qui ressemble fortement à celle d’un lion. Au Ier siècle de notre ère, Marthe de Béthanie, originaire de Judée, serait venue en Provence jusqu’à Tarascon. Parvenant à dompter la créature, elle l’aurait conduite docile du bout de sa ceinture au village où la bête aurait été lapidée.

Les autres chapiteaux de la galerie reprennent des événements bibliques, mais ceux-ci ne sont pas positionnés suivant un ordre chronologique : ainsi, après la lapidation du protomartyr Étienne (n°95), apparaissent le combat de Samson (n°97), sainte Marthe et la Tarasque (n°99), le repas chez Simon (n°101), le couronnement de la Vierge (n°105) et la Pentecôte (n°107). L’épisode de l’Annonciation est, quant à lui, représenté deux fois : sur un chapiteau roman de la galerie orientale (n°48), et sur un chapiteau gothique de la galerie occidentale (n°103). Il en va de même pour la lapidation de saint Étienne.

Fig. 9 : Chapiteau n°99. Sainte Marthe et la Tarasque
© Wikimedia Commons.

La construction du cloître de la cathédrale s’est étalée du XIIe au XIVe siècle. La datation des deux dernières galeries, bien qu’imprécise, nous permet d’en estimer le temps de Débuté vers 1150, le chantier prit fin en 1390-1398 sous l’épiscopat de Jean de Rochechouart, ce qui fait environ 240 ans et ce qui explique la différence de style entre les galeries romanes au Nord et à l’Est, et gothiques au Sud et à l’Ouest. Ces deux dernières sont couvertes de croisée d’ogives et disposent de treize colonnes géminées toutes couronnées de chapiteaux historiés. Le programme iconographique mêle aux évènements bibliques, des passages de la légende de la Provence médiévale. La galerie sud, la plus ancienne, reprend essentiellement une partie de la  vie de saint Trophime sur quatre de ses chapiteaux. La seconde claire-voie, plus récente, et également plus énigmatique. Le programme iconographique semble incohérent par l’absence de continuité chronologique par apport aux événements bibliques représentés. Mais cela n’est pas sans rappeler les décors historiés des sarcophages de l’Antiquité tardive, où scènes de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament se succèdent sans suivre la narration des textes bibliques. En 1846, le cloître fut classé au titre des Monuments historiques à la suite d’un programme de restauration et de consolidation lancé par Prosper Mérimée. Il bénéficia par la suite d’autres travaux de restauration, notamment en 1870[6], puis en 1930 sous la direction de l’architecte Jules Formigé. Le cloître souffrait du ruissellement des eaux de pluie, qui érodaient ses reliefs, noircis par la pollution et les moisissures. Les dernières campagnes de restauration, entre 2007-2015[7] , ont permis de rendre sa blancheur au cloître dont la qualité historique et esthétique a été reconnue par l’UNESCO en 1981 en l’inscrivant sur la liste du Patrimoine Mondial.

Galerie sud du cloître Saint-Trophime.
© Robert Valette / Wikimedia Common
.

 


Bibliographie

BENOÎT 1938

BENOÎT  Fernand, « L’église Saint-Honorat-des-Aliscamps à Arles. Étude historique et archéologique », Bulletin monumental, 97/4, 1938, p. 353-396.

DURLIAT 1976

DURLIAT Marcel, « Les sculpteurs du cloître d’Arles », Bulletin monumental, 134/4, 1976, p. 345.

GAZAY 1913

GAZAY Joseph, « Le Roman de saint Trophime et l’abbaye de Montmajour », Annales du Midi, 25/97, 1913, p. 5-37.

HARTMANN VIRNICH 2013

HARTMANN-VIRNICH Andreas, « La cathédrale Saint-Trophime d’Arles. Réflexions sur les antécédents de l’église romane et de son espace claustral », Les cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, XLIV, 2013, p. 55-73.

LABANDE 1903

LABANDE Léon-Honoré, « Étude historique et archéologique sur Saint-Trophime d’Arles du IVe au XIIIe siècle », Bulletin monumental, 67, 1903, p. 459-497.

LABANDE 1904

LABANDE Léon-Honoré, « Étude historique et archéologique sur Saint-Trophime d’Arles du IVe au XIIIe siècle (suite et fin) », Bulletin monumental, 68, 1904, p. 3-42.

LASTEYRIE 1900

LASTEYRIE Robert (de), « Cloître et façade de Saint-Trophime d’Arles », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1, 1900, p. 110-111.

MARTIN ORRIT 2016

MARTIN ORRIT Géraldine, « Le cloître de la cathédrale Saint-Trophime d’Arles : étude du décor sculpté », Lettre d’information Patrimoine(s) en PACA – DRAC / MET, 30, janvier 2016, en ligne : http://www.infos-patrimoinespaca.org/index.php  (consulté en avril 2021).

VINCENT 2018

VINCENT Jacob, « Arles (Bouches-du-Rhône). Saint-Trophime », Archéologie médiévale, 41, 2011, p. 225, également en ligne : https://journals.openedition.org/archeomed/12119 (consulté en mars 2021).

MONUMENTAL 2015

Arles. Monumental, 2015/2, p. 12-13.


[1] HARTMANN-VIRNICH 2013, p. 1.

[2] VINCENT 2018, p. 1.

[3] MARTIN ORRIT 2016, p. 17.

[4] GAZAY 1913, p. 13 : « L’église consacrée, Trophime retourne à Arles où, sans doute, Maximin et Eutrope le suivent, car on les trouve réunis derechef avec leurs premiers compagnons pour assister à la bénédiction du cimetière des Alyscamps par Jésus-Christ ».

[5] MARTIN ORRIT 2016, p. 18.

[6] LABANDE 1903, p. 461.

[7] MONUMENTAL 2015, p. 12.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search