Le cloître de l’abbatiale Notre-Dame de Montmajour, Arles (Bouches-du-Rhône)

Valentine Bacconnier

Diplômée de l’École supérieure des Beaux-Arts de Marseille en 2019, Valentine quitte la pratique pour la théorie. Elle intègre pour cela la licence d’Histoire de l’art de l’Université Paul-Valéry de Montpellier durant laquelle elle se prend de passion pour l’architecture médiévale. Valentine a mené des travaux de recherche sur l’église Saint-Andéol de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) sous la direction de Géraldine Mallet lors de sa première année de Master. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches en deuxième année de Master sur les églises romanes du diocèse de Viviers.



L’abbaye bénédictine de Montmajour domine la plaine rhodanienne depuis son îlot rocheux. Son histoire remonte au milieu du Xe siècle et ses bâtiments témoignent de la richesse des inspirations et des traditions qui ont régi sa construction au cours des neuf siècles de son histoire. 

Sa situation géographique, idéale pour les communautés érémitiques[1], a fait de l’abbaye l’une des plus importantes de la région au XIIIe siècle[2]. Les monuments qu’elle regroupe sont nombreux et sont révélateurs de son importance et de ses fonctions[3]. Le noyau le plus ancien se trouve sur le versant sud de la plaine rocheuse et est constitué de la chapelle Saint-Pierre. Mais c’est au Nord-Est de l’éperon rocheux que se situe l’objet de la présente contribution, soit l’église abbatiale Notre-Dame de Montmajour, les bâtiments monastiques, dont le cloître (Fig. 1).

Dans le cadre de la journée d’étude, nous avons étudié l’architecture et le décor sculpté de ce dernier, en insistant sur une de ses caractéristiques les plus singulières à savoir les graffitis nautiques des XIIe et XIIIe siècles découverts en 1993 dans sa galerie occidentale. Nous nous attacherons à montrer leurs particularités ainsi que leur caractère unique comme source médiévale.

Fig. 1 : Plan général de l’abbatiale et du cloître de l’abbaye de Montmajour. Positionnement des marques lapidaires et des graffitis navals, d’après ILLOUZE, RIGAUD 1999, p. 63.

Bref historique de la construction

La chronologie des constructions de Montmajour a été déterminée par une étude archéologique car les sources écrites médiévales sont rares voire inexistantes[4]. C’est au cours du XIIe siècle que s’élève l’ensemble de l’église Notre-Dame et son cloître, à un moment où l’abbaye est en plein essor. On suppose le commencement du chantier de l’abbatiale au milieu du XIIe siècle, vers 1153[5], et son achèvement au cours d’une deuxième phase de construction comprenant le bras sud du transept et le mur nord du cloître, commun avec la nef vers 1182[6]. L’érection du cloître est contemporaine de celle de l’église et répond à un besoin de bâtiments monastiques fonctionnels afin d’organiser la vie de la communauté en pleine expansion au XIIe siècle.

Le cloître : entre inspiration antique et gothique local

Le cloître se situe entre le mur sud de la nef et le bras sud du transept. Ses quatre galeries forment un rectangle et mesurent entre 4,20 m et 4,50 m de large. Chacune d’elles comporte trois travées voûtées d’un berceau en plein cintre. Les galeries ouvrent sur le préau par une série d’arcades en plein cintre retombant sur des colonnettes géminées. On observe un jeu de rythme entre les différentes claires-voies du cloître avec, au Nord et au Sud, des colonnettes regroupées en série de trois colonnettes géminées par travée alors qu’à l’Est et à l’Ouest[7] elles sont par série de deux (Fig. 2). Chacune des travées est séparée de la suivante par un arc doubleau dont le profil varie selon les côtés. Les arcs retombent sur des corbeaux sculptés vers l’intérieur et l’extérieur. Des arcs surbaissés surmontent des séries de petites arcades à l’extérieur dans une tradition antiquisante qui se rencontre assez régulièrement en Provence[8] ; ils sont tendus entre des pilastres massifs renforcés de contreforts. La toiture-terrasse du cloître se compose d’une simple dalle qui repose sur des corbeaux.

L’aspect d’ensemble est relativement massif et contraste avec le raffinement du cloître créé par des jeux de symétrie et par le décor sculpté. Celui-ci mériterait que l’on s’y attarde longuement[9] mais n’étant pas le principal objet de cette contribution, nous en dresserons un aperçu rapide afin de poser le cadre stylistique dans lequel s’inscrivent les graffitis que nous analyserons ultérieurement. Il est important de préciser, en ce qui concerne le décor, que le cloître de l’abbaye de Montmajour a subi de nombreuses destructions[10] et que la majeure partie des colonnettes et des chapiteaux d’origine ont disparu. La plupart des reliefs des galeries est et sud datent du XIVe siècle et ceux des galeries nord et ouest ont entièrement été refaits entre le XVIIIe et le XIXe siècle. 

Fig. 2 : Abbaye de Montmajour, cloître, angle nord est avec derrière l’abbatiale Notre-Dame ©Finoskov, Wikimedia Commons.

On distingue trois grands ensembles qui correspondent à trois périodes de constructions différentes. Le premier comprend la galerie nord construite au XIIe siècle. Son décor exploite majoritairement un répertoire antiquisant avec une modénature accentuée et une abondance de détails. Les doubleaux de cette galerie sont alternativement chanfreinés ou sculptés d’une série d’oves en relief. Ils retombent sur des consoles sculptées d’inspiration antiquisante avec des motifs d’animaux (comme des aigles et des taureaux) ainsi que des monstres à gueule ouverte. La cannelure y est très présente tant sur les piliers entre les arcades que sur les contreforts à l’extérieur.

Le second ensemble est composé des galeries est et ouest qui sont un peu plus tardives. La modénature y est plus sobre et les consoles sont ornées de visages d’hommes, de femmes et d’animaux aux traits simplifiés. Les cannelures sur les piliers entre les arcades sont plus évasées et les contreforts sont nus. On constate aussi dans la galerie orientale l’influence des monuments importants de la région à travers le plus ancien chapiteau historié du cloître[11]. Le tailloir qui le surmonte correspond à certains tailloirs sculptés de la galerie nord du cloître de Saint-Trophime d’Arles.

La troisième phase de construction s’étend sur les XIIIe et XIVe siècles dans la galerie sud. Elle emprunte aux répertoires décoratifs du gothique local que l’on observe dans les grands monuments de la région, comme les galeries sud et est du cloître de Saint-Trophime d’Arles. Les cannelures sont quasiment absentes de cet ensemble tant sur les piliers entre les arcatures que sur celui de d’angle sud-est, composé d’une unique colonnette baguée surmontée d’un chapiteau à crochets[12].

L’originalité la plus marquante de ce très riche décor réside dans ses graffitis nautiques des XIIe et XIIIe siècles que nous allons à présent analyser. 

Les graffitis nautiques

On définit le mot « graffiti » par l’ensemble des expressions « spontanées, gratuites, anonymes, d’affirmation personnelle à valeur intime, informative, poétique [et/ou] politique destinées à être vues »[13]. Le terme — utilisé initialement par Raphaël Garrucci en 1856[14] pour désigner les inscriptions retrouvées sur les murs des habitations de Pompéi — s’applique à un ensemble vaste de « traces » laissées par l’homme dans le but de pérenniser une pensée, un événement ou une action par le dessin, la gravure, le bas-relief etc. Il n’est pas rare d’en retrouver dans des édifices religieux comme à l’abbaye de Silvacane[15], par exemple, mais c’est surtout dans les édifices civils qu’on les observe en plus grand nombre comme, entre autres, dans le fort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon. 

Les graffitis navals sont, quant à eux, plus inattendus au sein des édifices religieux et ce thème iconographique demeure à ce jour peu exploré[16]. Ces motifs se rencontrent de manière fréquente dans les ouvrages civils proches de sites maritimes ou fluviaux, comme des châteaux forts ou des pénitenciers (c’est le cas dans la région d’Arles[17]par exemple). Les représentations d’embarcations fluviales ou marines dans la région provençale remontent pour certaines à l’Antiquité[18], et les éléments découverts au sein du cloître de l’abbaye de Montmajour sont parmi les plus anciens jamais observés pour la période médiévale[19].

Fig. 3 : Montmajour, cloître, mur ouest, relevé sommaire 1993 d’après ILLOUZE, RIGAUD 1999, p. 53.

Ils sont aujourd’hui à peine perceptibles à l’œil nu car le temps a érodé les traits gravés à même la pierre meuble des parois du cloître. C’est pourquoi nous nous appuierons majoritairement sur les relevés réalisés en 1994 par Albert Illouze (Fig. 3).

Les graffitis occupent le mur ouest du cloître[20]. Ils ont été découverts en 1993 par l’archéologue Albert Illouze, membre du département des Recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques de Marseille. Il découvrit alors un ensemble de vingt-cinq navires étendus sur 6 m de long et sur une hauteur de 1,80 m. Leur datation a été estimée à la fin du XIIe siècle à partir de critères stylistiques et par comparaison avec d’autres graffitis de la région[21]

Les navires[22] sont tournés sur la dextre et présentent plusieurs typologies avec une majorité de galères reconnaissables à leurs rames et leurs coques basses, mais aussi quelques embarcations fluviales plus petites et une nef. Ils possèdent un à deux mâts, certains sont équipés d’antennes, de voiles et de timons latins. Toutefois, la typologie des navires ne suffit pas pour estimer une datation précise puisque leur utilisation s’étend pour la plupart du Xe au XIXe siècle en Méditerranée Occidentale[23]. Le trait est régulier, le dessin est simple mais précis et on remarque certains détails qui ont résisté au passage du temps. On peut voir notamment un personnage schématisé à l’avant de la galère n°6[24] (Fig. 4). Les spécialistes ont pensé qu’il pourrait s’agir d’un guerrier car sa tête semble coiffée d’un heaume et il soutient vraisemblablement de son bras gauche une étoffe plissée ou une sorte de toge[25]. Il est la seule figuration humaine représentée sur cet ensemble de graffitis navals.

Fig. 4 : Montmajour, cloître, mur ouest, galère n°6 © A. Gorioux / CMN.

Ils sont datés de la fin du XIIe-début du XIIIe siècle, moment de pleine prospérité pour l’abbaye durant lequel elle s’impose comme un des centres religieux les plus importants de la région. La Méditerranée était alors parcourue de nombreuses routes commerciales et Arles, traversée par le Rhône, possédait alors un port important. Comme cela a été déjà dit, ce type de graffitis était assez commun dans des édifices proches de sites maritimes ou fluviaux[26] (Tour de la Lanterne à La Rochelle, Fort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, château de Tarascon…). Toutefois, ceux de Montmajour sont particuliers à deux titres : ils se trouvent dans une partie d’ordinaire inaccessible aux laïcs et ils constituent un des exemples les plus anciens de la région, les exemples mentionnées précédemment ayant été réalisés entre le XVe et le XVIIIe siècle.

On suppose qu’ils sont l’œuvre d’un seul et même homme car les coques des navires peuvent se superposer et sont de style analogue[27]. L’hypothèse la plus probable est que leur auteur était un pèlerin laïc ayant de grandes connaissances en matière de navigation (en raison de la qualité et de l’exactitude des représentations), qui fut exceptionnellement autorisé à pénétrer l’enceinte claustrale pour les réaliser dans une forme de rituel liturgique (Fig. 5).

Fig. 5 : Ensemble de relevés de différents types d’embarcations d’après ILLOUZE, RIGAUD 1999, p.57 & RIGAUD 1996, p. 5.

La fonction de ces graffitis pose question. Elle reste, comme l’identité de leur auteur, un mystère mais deux axes d’interprétation se dégagent[28]. Les chercheurs pensent pour la première hypothèse qu’il s’agit d’un ex-voto, soit d’une gravure dans le but de demander la protection de Dieu et des saints en vue d’un voyage en mer périlleux, ou encore pour les remercier de leur protection a posteriori dans le cas d’un marin qui aurait survécu à un naufrage par exemple. Cette hypothèse est très probable car les saints associés à l’abbaye, saint Pierre et la Vierge Marie, sont l’un et l’autre des protecteurs des marins[29]. La seconde hypothèse est celle d’une scène commémorant un événement majeur contemporain comme une bataille, un départ en croisade ou une festivité portuaire. Elle est soutenue par le grand nombre de navires et leur disposition relativement théâtrale[30]. On peut aussi penser qu’il s’agit d’un rituel liturgique funéraire, fonction revêtue par ce cloître dans lequel ont été érigés plusieurs enfeus de personnages importants de la région ainsi que des croix gravées[31]

Ces graffitis sont une source unique pour la connaissance des navires médiévaux de par leur datation très ancienne, mais aussi et surtout de par les informations qu’ils apportent sur les potentielles pratiques liturgiques de la communauté monastique. Étant situés dans ce lieu fermé et réservé aux moines de chœur qu’est le cloître, on peut supposer que l’abbaye de Montmajour était parfois ouverte aux pèlerins[32] afin qu’ils accomplissent des rituels votifs qui impliquaient de laisser une trace sur les murs. Ces traces sont à la fois le témoignage d’une marine disparue, qui fut un élément essentiel au développement de la ville d’Arles, ainsi que celui de pratiques liturgiques exclusives perdues dans le temps.

 


 

Bibliographie

GAZAY 1913

GAZAY Joseph, « Le Roman de Saint-Trophime et l’abbaye de Montmajour », Annales du Midi, 25/97, 1913, p. 5-37.

ILLOUZERIGAUD 1999

ILLOUZE Albert, RIGAUD Philippe, « Les graffiti médiévaux de l’abbaye de Montmajour », BASTIÉ Aldo (éd.), Abbaye Saint-Pierre de Montmajour. Histoire et patrimoine, actes du 2e colloque des amis du Vieil Arles (Arles, 1996), Arles, Les amis du Vieil Arles, 1999, p. 51-73. 

MARIN DE CARRANRAIS 1877

MARIN DE CARRANRAIS Jean-François, L’abbaye de Montmajour : étude historique d’après les manuscrits de D. Chantelou et autres documents inédits, Marseille, Typ. et Lith. Marius Olive, 1877.

MOGNETTI 1976

MOGNETTI Élisabeth, « L’abbaye de Montmajour, Pays d’Arles », Congrès archéologique de France. 134e session 1976 : Pays d’Arles, 1980 (?), p. 182-239.

PRESSAC 2018

PRESSAC Laure (dir.), Sur les murs : histoire(s) de graffitis, Paris, Éditions du Patrimoine ; Centre des monuments nationaux, 2018.

RIGAUD, ILLOUZE 1994

RIGAUD Philippe, ILLOUZE Albert, « Arles (Bouches-du-Rhône). Abbaye de Montmajour », Archéologie médiévale, 24/1, 1994, p. 418.

RIGAUD 2004

RIGAUD Philippe, « Graffiti navals en prison : une thématique », Le Monde alpin et rhodanien, 32/1-2, 2004, p. 109-114.

RIGAUD 1996

RIGAUD Philippe, « Graffiti navals à Montmajour », catalogue d’exposition, Le graffito « oreille des murs », Abbaye de Montmajour, Château de TarasconFort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon1996, p. 18-29.

ROSSIAUD 2007

ROSSIAUD Jacques, Le Rhône au Moyen Âge : histoire et représentations d’un fleuve européen, Paris, Aubier, 2007.

POUR ALLER PLUS LOIN :

DERYCKE 2003

DERYCKE Marc, « Les graffitis bateliers : empreintes, suspensions… nomination », Langage et société, 103, 2003, p. 79-115, également en ligne : http://www.revues.msh-paris.fr/vernumpub/Derycke.pdf?id_pub=435 (consulté en mars 2021).

GASSEND et alii, 1986

GASSEND Jean-Marie, et alii, « Le graffito de Cucuron (Vaucluse) : un navire sous voiles figuré sur un panneau d’enduit peint », Archéonautica, 6 , 1986, p. 9-30.

HARTMANN-VIRNICH 2008

HARTMANN-VIRNICH Andreas, « L’architecture romane religieuse à Arles : l’abbaye de Montmajour », ROUQUETTE Jean-Maurice (dir.), Arles. Histoire, territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008, p. 345-356. 

TREFFORT 2004

TREFFORT Cécile, « Les “graffitis” sur tables d’autel aux époques pré-romane et romane. Note à propos des inscriptions de l’autel de Gellone », LAURANSON-ROSAZ Christian, BARRAL I ALTET Xavier (éd.), Saint-Guilhem-le-Désert. Le contexte de la fondation, l’autel médiéval de Saint-Guilhem, actes de la table ronde (Saint-Guillem-le-Désert, août 2002), Montpellier, Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, 2004, p. 137-146.

TREFFORT 2007

TREFFORT Cécile, Mémoires carolingiennes : l’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et manifeste politique, (milieu VIIIe – début XIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, également en ligne : https://books.openedition.org/pur/22547 (consulté en avril 2021).

TREFFORT 2008

TREFFORT Cécile, Paroles inscrites : à la découverte des sources épigraphiques latines du Moyen âge (VIIIe-XIIIesiècle), Rosny-sous-bois, Bréal, 2008.

VALDEZ DEL ÁLAMO 2015

VALDEZ DEL ÁLAMO Elizabeth, « Le cloître, lieu de résonances de la vie monastique », Les cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, XLVI, 2015, p. 35-49.


[1] Elle se situe dans un endroit désertique et isolé (sans pour autant être inaccessible) sur un terrain fertile pour la chasse et la pêche à moins de 4 km de la ville d’Arles.

[2] MOGNETTI 1976, p. 185.

[3] Ibid., p. 185.

[4] Ibid., p. 182.

[5] Ibid., p. 202.

[6] L’enfeu du tombeau du comte Raymond Bérenger IV se trouve dans la première travée de la galerie est. Sa mort en 1181 et la mention de la déposition de son corps à l’abbaye en 1182 impliquent que la construction du cloître était déjà bien entamée à ce moment-là.

[7] MOGNETTI 1976, p. 205. On peut penser que la galerie ouest adoptait le même rythme que la galerie est mais celle-ci a été entièrement refaite au XVIIIe siècle.

[8] C’est le cas du cloître de Saint-Paul-de-Provence entre autres.

[9] Élisabeth Mognetti en propose une analyse relativement complète dans son article de 1976. C’est sur celui-ci que nous nous baserons majoritairement pour en faire un bref état.

[10] MOGNETTI 1976, p. 207. Le cloître a bénéficié d’une restauration majeure entre 1865 et 1873 par Henri Revoil qui dit n’avoir retrouvé que sept chapiteaux « en place » lorsqu’il restaura le cloître.

[11] Ibid., 1976, p. 208. Chapiteau du Christ tenté par le démon ainsi qu’un homme courant dans un rinceau sur l’autre face.

[12] Ibid., p. 205. Celui-ci a permis de dater la construction de cette galerie du début du XIIIe siècle. Il est probablement le dernier pilier du cloître à avoir été mis en place.

[13]  PRESSAC 2018, p. 11.

[14] GARRUCCI Raphaël, Inscriptions gravées au trait sur les murs de Pompéi, Bruxelles, Librairie J.-B. de Mortier, 1854.  

[15] Ils ont été signalés à l’auteur par Nathalie Molina, chargée d’opération et de recherches à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et chercheuse associée au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranéenne (LA3M – UMR 7298). 

[16]  Un mémoire de Master a été effectué (il y a une dizaine d’années) sur le sujet par Cécile Salaün, mais l’auteur demeurant injoignable, nous n’y avons pas eu accès. Il est conservé dans la bibliothèque du laboratoire du MMSH d’Aix-en-Provence.

[17] RIGAUD 2004, p. 110. On en trouve notamment dans une geôle de l’hôtel de ville d’Arles.

[18] Voir par exemple GASSEND et alii, 1986.

[19] PRESSAC 2018, p. 63.

[20] Les graffitis se situent en grande partie dans le cloître mais on en trouve également dans d’autres parties de l’abbaye comme la chapelle Saint-Pierre et la chapelle Sainte-Croix. Ils adoptent des formes variées ; des personnages, des animaux (un cheval sur le mur nord du cloître) et des formes géométriques entre autres.

[21] RIGAUD 1996, p. 3.

[22] La description et l’analyse des graffitis est basée en grande partie sur celle de Philippe Rigaud en 1996. 

[23] RIGAUD 1996, p. 3.

[24] ILLOUZE, RIGAUD 1999, p. 51. La numérotation a été effectuée dans l’ordre de découverte des navires.

[25] RIGAUD 1996, p. 4.

[26] Le site internet des monuments nationaux répertorie tous les types de graffitis médiévaux par thématique/époque/situation géographique : https://graffiti.monuments-nationaux.fr (consulté en mars 2021).

[27] RIGAUD, ILLOUZE 1994, p. 418.

[28] RIGAUD 1996, p. 2.

[29] RIGAUD 2004, p. 109.

[30] RIGAUD, ILLOUZE 1994, p. 418.

[31] ILLOUZE, RIGAUD 1999, p. 60.

[32] RIGAUD 2004, p. 109.


Valentine Bacconnier

Étudiante en deuxième année de Master Histoire et Histoire de l’art médiéval, université Paul Valéry de Montpellier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search