Quand les moines se cloîtrent. Le monastère fortifié de Lérins : étude des cloîtres construits au XVe siècle

Sergeï (Kévin) Mira

Avec moult diplômes et expériences professionnelles à son actif, Sergeï se lance dans une licence d’Histoire, qu’il suit d’abord à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse et qu’il termine ensuite à Montpellier. Aussi, il est notamment un habitué des événements à thème médiéval, avec une tendance à combattre au marteau et à jouer du bouzouki irlandais. Pour son mémoire de recherches, Sergeï étudie, sous la direction de Thomas Granier, l’impact du choix de la religion sur le pouvoir du chef en Scandinavie pendant le phénomène viking.


Cet article traite spécifiquement des deux cloîtres fortifiés de l’abbaye de Lérins, implantée sur l’île de Saint-Honorat, face à Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Cette appellation de « monastère fortifié » ne concerne en réalité qu’une partie, à la base secondaire, de l’abbaye : la tour fortifiée présente sur la pointe sud de l’île. Les cloîtres qui y sont présents ne sont pas les premiers bâtis. 

            L’île de Saint-Honorat connaît une présence monastique dès le Vsiècle, avec l’installation d’un groupe d’ascètes. Ils sont menés par saint Honorat, qui donne par la suite son nom à l’île. On assiste rapidement à la fondation d’un monastère, qui adopte la règle bénédictine au VIIsiècle. L’abbaye est assaillie plusieurs fois au cours du Moyen Âge, particulièrement par ce que le moine Cyrus décrit au XIsiècle comme « la race perfide des sarrasins »[1]. Les moines doivent donc aménager les lieux pour résister aux assaillants et, plus tard, cohabiter avec les guerriers qui les défendent. C’est ainsi qu’une tour-refuge apparaît au XIsiècle. Celle-ci connaît plusieurs phases de construction, principalement pour des agrandissements. C’est lors de la dernière phase, au XVe siècle, qu’elle accueille deux cloîtres, ici étudiés comme un ensemble (Fig. 1). 

Fig. 1 : Les deux cloîtres de la tour fortifiée (d’après CODOU, LAUWERS 2018).

Paradoxalement, ces cloîtres sont les derniers éléments ajoutés à l’espace claustral[2] de la tour fortifiée, disposant déjà d’une place limitée. Cette étude a donc pour but de déterminer le cheminement qui a mené à la construction de ces cloîtres dans un espace défensif, ainsi que les raisons de cette construction. Après une brève explication de l’histoire violente qui a conduit à l’édification de la tour-refuge, il sera intéressant de détailler les spécificités de ses cloîtres. Cela permettra de comprendre l’importance que prend ce nouvel espace claustral au fil des siècles, et par là même les cloîtres étudiés. 

Une Histoire violente

En premier lieu, il faut noter que l’abbaye de Lérins est mise en danger très tôt. Dès la fin du VIIIsiècle et le début du IXe siècle, on constate des incursions musulmanes sur l’île. Ces dernières sont liées à l’expansion de l’Islam. Les annales d’époque carolingienne parlent volontiers de « païens », de « barbares » ou de « sarrasins »[3]. Mais il est plutôt question ici de brigandage que d’un quelconque objectif politique ou religieux. En revanche, de nouvelles attaques commencent au XIsiècle, liées à la fragmentation du califat de Cordoue. Il s’agit, cette fois, de véritables raids militaires[4] de petits seigneurs. À la suite de cette augmentation des attaques, la papauté tourne son attention vers Lérins. Le 18 décembre 1120 est émise une bulle du pape Calixte II (1119-1124). Elle fait état des attaques répétées sur l’abbaye de Lérins. Une bulle du 2 janvier 1121 précise, quant à elle, que ceux qui défendent le monastère jusqu’à la Saint-Michel[5]bénéficient d’une rémission des péchés équivalente à un pèlerinage à Jérusalem. Le 27 décembre 1124, le pape Honorius II (1124-1130) enjoint chacun à contribuer à l’entretien d’une forteresse contre les sarrasins. Des laïcs doivent la garder, la défendre et, donc, y résider. Sans entrer plus loin dans le détail, il est important de retenir que les indulgences pour fortifier, défendre ou entretenir le monastère face aux « cruels »[6], d’après Honorius II, sont aussi équivalentes à celle d’un pèlerinage à Jérusalem. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, les papes continuent à soutenir les moines de Lérins et à participer aux fortifications. On assiste tout de même à un regain des attaques des sarrasins au XIVe et au XVe siècle. Viennent s’y ajouter des assauts et des pillages de corsaires génois aux alentours de 1400. 

Ces attaques répétées poussent à la construction d’une tour-refuge, sur trois niveaux, pour les moines. Le plus ancien texte qui en fait mention est une lettre que l’on date de 1101, écrite par Hildebert de Lavardin (1056-1133), évêque du Mans, à l’abbé de Cluny[7]. Hildebert est passé par le monastère juste avant un raid de ce qu’il qualifie de « pirates barbares »[8]. Certains moines sont morts, d’autres se sont réfugiés dans la tour. Mais l’abbé de Lérins, Aldebert II[9], en commence déjà l’érection en 1073. Cette première tour a les caractéristiques d’un donjon du XIe siècle : l’entrée se fait par le premier étage ; les réserves sont au rez-de-chaussée ; le deuxième niveau comporte une capella. Ces constructions du XIesiècle correspondent à la partie occidentale de la tour actuelle. Dès le début du XIIe siècle, la tour est déjà présentée comme un « bastion de la chrétienté »[10]. Cette réputation, cumulée aux injonctions papales, mène à une augmentation des dons effectués à l’abbaye[11]. Il en résulte qu’à la fin du XIIe et au début du XIIIsiècle, un nouveau bâtiment est ajouté à l’Est de la tour originale. Au-delà de l’aspect défensif, cela a pour but de manifester la puissance de l’abbaye. Un effort de cohérence visuelle pour l’ensemble de la tour est observable, notamment par un chemisage externe. Son aspect extérieur évoque une fonction militaire, même si l’espace intérieur est de plus en plus prévu pour accueillir une vie religieuse. En effet, elle commence à avoir une fonction résidentielle pour les moines. Il est d’ailleurs possible que l’ajout de cloîtres à la structure soit déjà prévu lors de cette deuxième construction, bien qu’ils ne soient pas encore présents. Ces travaux coûtent beaucoup au monastère qui, de plus, manque de ressources[12]. En effet, à partir de la deuxième moitié du XIIsiècle, d’autres ordres monastiques viennent concurrencer l’abbaye de Lérins : les ordres militaires, les cisterciens, les chartreux, etc.[13]. On assiste à la vente de prieurés appartenant à l’abbaye, qui peut être liée aux besoins du chantier de la tour. Cet investissement montre que le besoin de défense du monastère reste assez important pour que la tour doive dépasser la fonction de simple refuge. 

Bien que les informations concernant cette tour soient moins nombreuses au XIVe siècle, les attaques continuent, alors que les possessions de l’abbaye diminuent. Pourtant, un troisième chantier, sans but défensif, démarre au XVe siècle. Il a pour but de construire des cloîtres au sein de la tour. 

Fig. 2 : Coupe longitudinale de la tour fortifiée, avec détails des chapiteaux du rez-de-chaussée et du premier étage par Charles-Auguste Questel, 1845 (d’après CODOU, LAUWERS 2018, p.54).

Les cloîtres de la tour fortifiée

L’édification de ces cloîtres débute en 1450, avec la participation des moines, en commençant par la mise en place d’un nouvel escalier. Ce dernier permet de relier les deux cloîtres, sur les deux niveaux, aux espaces de vie monastique (Fig. 2).

En 1460, on assiste à l’installation d’une citerne au rez-de-chaussée. Elle sert de fondation au cloître inférieur : le « cloître du travail » (Fig. 3). Il est nommé ainsi car il a pour fonction de relier les salles de travail, le dortoir et la salle commune. L’aménagement des galeries se déroule de 1460 à 1464. L’ensemble est sobre et épuré ; les voûtes reposent sur des croisées d’ogives. En examinant les claires-voies, on constate que les fûts sont des remplois. Il s’agit principalement d’éléments antiques, tels qu’une ancienne borne milliaire romaine. Les chapiteaux ont un décor simple : quatre sur six présentent des feuilles d’eau ; deux autres sont sans décor. Les parois et le mur bahut sont eux aussi dépourvus d’ornements. Cette simplicité est sûrement plus due à un manque de fonds, évoqué précédemment, et à la récupération d’éléments existants qu’à une volonté artistique[14]. Cela semble confirmé par la suspension du chantier du premier cloître pendant plusieurs mois. Il est aussi la cause du ralentissement des travaux avant la construction du deuxième cloître. 

Fig. 3 : Cloître du travail ©H.Lagarde.

Ces galeries, nommées « cloître de la prière » (Fig. 4), donne notamment accès à la chapelle Sainte-Croix. Les travaux d’aménagement du cloître supérieur commencent en 1466. Ici, des arcs diaphragmes brisés supportent un couvrement en chêne[15]. Les claires-voies comptent douze colonnes en marbre blanc, importées de Gênes[16]. Les chapiteaux sont plus décorés qu’au niveau inférieur et affichent une plus grande unité. Ils présentent tous des feuilles d’eau. Les parois et les murs bahuts sont également dépourvus d’ornements. Les travaux s’achèvent enfin en 1470. Malgré le fait que les deux cloîtres soient construits à la suite, tel un ensemble, celui dit de la prière témoigne de plus de moyens investis. On peut yvoir une manière de valoriser ce deuxième niveau et la chapelle Sainte-Croix. En effet, elle gagne de l’intérêt en parallèle de celui de la tour. 

Fig. 4 : Cloître de la prière ©H.Lagarde.

Le déplacement de l’espace abbatial

Au-delà de sa valeur militaire, l’importance de la tour est soulignée par plusieurs aspects : sa valeur sacrée et son statut de lieu de vie monastique central.

Du XIIIe au XVe siècle, les fonctions des bâtiments claustraux migrent progressivement vers les salles de la tour. On peut constater cette prise d’importance dans une enluminure extraite de la Vita Honorati, dans le manuscrit 4 de Stresa[17] datant du XVe siècle. On peut y voir une île verdoyante, illuminée par les rayons d’or d’une colombe auréolée. Sous les rayons s’élèvent les églises Saint-Honorat et Sainte-Marie, le carré claustral de l’abbaye, le mur d’enceinte et la chapelle Saint-Porcaire. Cet ensemble peut symboliser la vision de saint Benoît décrite par Grégoire le Grand[18]. Cependant, la tour fortifiée se situe au premier plan, plus mise en avant que l’ensemble évoqué. Cela montre l’attention qui lui est portée, tant sur le plan de la défense que comme une partie intégrante de la vie monastique. Il faut aussi noter que le culte de saint Honorat prend de l’ampleur à partir du XIIIe siècle. De plus, ses reliques y sont conservées dès janvier 1392. Elles sont déposées dans la chapelle Sainte-Croix, au côté d’autres reliques. C’est ainsi, qu’au XVe siècle, elle est mentionnée comme le « saint des saints »[19] de l’abbaye de Lérins. Mais ce n’est pas la seule augmentation de valeur sacrée que prend la chapelle.

Comme cela est énoncé dans un cartulaire, en 1390 la « chapelle de la forteresse »[20] accueille les professions de foi monastique. Elle est consacrée le 14 septembre 1392, peu de temps après l’acquisition des reliques de saint Honorat. Cette prise d’importance de la chapelle peut expliquer une plus grande attention portée au cloître de la prière avec lequel elle communique, au point que, dans les années 1480-1510, les moines ne se réunissent plus que dans la « chapelle de la vénérable Sainte-Croix où le chapitre a coutume de se tenir »[21]. La tour est donc devenue le nouveau centre abbatial et d’autres parties de l’abbaye sont désertées. Un cloître, même coûteux, devient donc important car la tour est un lieu de vie monastique privilégié. En effet, on sait que ses galeries sont un lieu de passage et de distribution. Mais c’est aussi un lieu de détente, de rendez-vous, de soin du corps, etc.[22]. Cela se retrouve dans des expressions, comme revenir au cloître ou sadere in claustro. En résumé, il s’agit du lieu d’activité pour la communauté. En prenant en compte l’importance nouvelle de la chapelle Sainte-Croix et de la tour-refuge qui devient un monastère fortifié, on comprend qu’un cloître soit devenu essentiel à la vie monastique qui est centrée dans ce lieu au XVe siècle.

On assiste donc à un espace en évolution régulière depuis sa création au XIe siècle. De refuge, la tour est devenue habitat, avant de représenter le principal espace abbatial. Si les différentes phases de construction ont appauvri l’abbaye de Lérins, on remarque qu’elle suit le modèle monastique jusque dans sa partie fortifiée. La construction de cloîtres dans un espace devenu claustral est donc nécessaire. Cependant, malgré l’aspect fortifié de cette partie du monastère, il reste sensible aux attaques de la mer elle-même. Depuis le début du XIXsiècle, on constate que l’eau endommage les structures intérieures[23]. Des réparations et des rénovations sont sans cesse nécessaires, encore aujourd’hui.


Bibliographie

BUTAUD 2009

BUTAUD Germain, « Le culte de saint Honorat en Provence et les pratiques dévotionnelles sur l’”Île sacrée” de Lérins (XIIIe-début XVIe siècle) », LAUWERS Michel, CODOU Yann (éd.), Lérins, une île sainte de l’Antiquité au Moyen Âge, actes du colloque (Nice, 21-23 juin 2006), Turnhout, Brepols,2009, p. 601-668.

BUTAUD, CODOU 2015

BUTAUD Germain, CODOU Yann, « “Devant la gueule des Sarrasins”. Le monastère Saint-Honorat de Lérins et les incursions sarrasines (VIIIe-XIIe siècle) : histoire, archéologie et hagiographie », RICHARTÉ Catherine, GAYRAUD Roland-Pierre, POISSON Jean-Michel (dir.), Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne, actes du colloque international (Marseille, INRAP, 2013),Paris, La Découverte, 2015, p. 51-64.

BUTAUD, CODOU 2012

BUTAUD Germain, CODOU Yann, « Îles de Lérins. Île Saint-Honorat, de la tour au monastère fortifié », Congrès archéologique de France. 168e session 2010 : Alpes-Maritimes, 2012, p. 63-75.

BUTAUD, LE DANTEC 2018

BUTAUD Germain, LE DANTEC Gaëlle, « Le monastère de Lérins, puissance temporelle (XIe siècle-1788) », Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (Ve-XXe siècle), Gand, Snoeck, 2018, p. 112-141.

CODOU 2005

CODOU Yann, « Lérins : le paysage monumental », LABROUSSE Mireille, et aliiHistoire de l’abbaye de Lérins, Bégrolles-en-Mauges, Abbaye de Bellefontaine ; ARCCIS, 2005, p. 249-320. 

CODOU, LAUWERS 2009

CODOU Yann, LAUWERS Michel, « Introduction : une île monument », LAUWERS Michel, CODOU Yann (éd.), Lérins, une île sainte de l’Antiquité au Moyen Âge, actes du colloque (Nice, 21-23 juin 2006), Turnhout, Brepols, 2009, p. 11-16. 

CODOU, LAUWERS 2018

CODOU Yann, LAUWERS Michel, CABY Cécile, BUTAUD Germain, « Une Église lérinienne (Xe-XVesiècle) », Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (Ve-XXe siècle), Gand, Snoeck, 2018, p. 38-61.

DAVRIL 2004

DAVRIL Anselme, « Fonctions des cloîtres dans les monastères du Moyen Âge », KLEIN Peter (dir.), Der mittelalterliche Kreuzgang: Architektur, Funktion und Programm, actes du symposium international (Tübingen, 11-13 juin 1999), Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2004, p. 22-26.

DESSÌ 2009

DESSÌ Rosa Maria, « Désert, Église, Île sainte. Lérins et la sanctification des îles monastiques de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge », », LAUWERS Michel, CODOU Yann (éd.), Lérins, une île sainte de l’Antiquité au Moyen Âge, actes du colloque (Nice, 21-23 juin 2006), Turnhout, Brepols, 2009, p. 231-280.

ESQUIEU 2004

ESQUIEU Yves, « La place du cloître dans l’organisation du quartier cathédral », KLEIN Peter (dir.), Der mittelalterliche Kreuzgang: Architektur, Funktion und Programm, actes du symposium international (Tübingen, 11-13 juin 1999), Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2004, p. 80-88.

LAUWERS 2018

LAUWERS Michel, « Une île assiégée par les Sarrasins, entre mythe et réalités (VIIIe-XVe siècle) », Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (Ve-XXe siècle), Gand, Snoeck, 2018, p. 62-76.

LAUWERS 2010

LAUWERS Michel, « Sanctuaires, liturgie et rayonnement du sacré dans le bassin occidental de la Méditerranée au Moyen Âge », GENIÈRE Juliette (de la), VAUCHEZ André, LECLANT Jean (éd.), Les sanctuaires et leur rayonnement dans le monde méditerranéen de l’Antiquité à l’Époque Moderne, actes du 20e colloque de la Villa Kérylos (Beaulieu-sur-Mer, 9-10 octobre 2009), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2010, p. 359-372.

TRUBERT 2017

TRUBERT Michel, « Restauration d’une île monastique : Saint-Honorat de Lérins (Cannes, Alpes-Maritimes) », Lettre d’information Patrimoines en Paca, 36, 2017, en ligne : http://www.metiers-territoire.eu (consulté en novembre 2020).  


[1] LAUWERS 2018, p. 66.

[2] Cet espace comprenait déjà les salles de vie commune.

[3] LAUWERS 2018, p. 62.

[4] Ibid., p. 67. Voir aussi BUTAUD, CODOU 2015.

[5] Cette date limite se voit étendue par la suite. Cf. LAUWERS 2017 et BUTAUD, CODOU 2015.

[6] BUTAUD, CODOU 2015, p. 60.

[7] Ibid. Voir aussi LAUWERS 2018.

[8] LAUWERS 2018, p. 70. Voir aussi BUTAUD, CODOU 2015.

[9] L’attribution de cette première tour à Aldebert II fait débat. La question est détaillée, en faveur d’Aldebert II, dans CODOU 2005, p. 288.

[10] BUTAUD, CODOU 2015, p. 62.

[11] Ces dons, principalement de l’aristocratie, sont détaillés dans des cartulaires. BUTAUD, LE DANTEC 2018. 

[12] Ce manque est attesté par une bulle du pape Lucius III, en 1182 ou 1183, qui demande l’aide des fidèles pour le monastère. BUTAUD, CODOU 2015, p. 62. 

[13] BUTAUD, LE DANTEC 2018, p. 120. 

[14] Il faut tout de même noter que, selon Michel Lauwers, il est possible que les remplois témoignent aussi d’une volonté de conserver une mémoire des origines. CODOU 2005, p. 309. 

[15] Ce couvrement, observable aujourd’hui, est plus tardif.

[16] Bien que les attaques de 1400 évoquées plus tôt soient l’œuvre de pirates, on peut noter que cette acquisition témoigne d’une pacification des relations.  

[17] CODOU, LAUWERS 2009, p. 13. Illustration p. 27. 

[18] DESSÌ 2009, p. 275.

[19] BUTAUD 2009, p. 641.

[20] COUDOU, LAUWERS 2018, p. 57.

[21] BUTAUD 2009, p. 641.

[22] DAVRIL 2004, p. 23. La détente peut prendre plusieurs formes, tel que la lecture ou la sieste.

[23] TRUBERT 2017. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search