L’existence des cloîtres disparus : l’exemple du cloître de Saint-Pons-de-Thomières

Rolland Maheux

Malgré une grande passion pour l’Histoire et l’Archéologie depuis toujours, ma première expérience dans les études supérieures fut un BTSA en Gestion et Protection de la Nature à Carcassonne. Après avoir fini cette formation, j’ai décidé d’entreprendre une double licence en Histoire et en Archéologie. A la suite de ces trois années, j’ai choisi de consacrer ma formation à l’étude de la période médiévale, je me suis donc tourné vers le Master Mondes médiévaux. La recherche effectuée dans cet article s’inscrit dans une volonté de connaître le patrimoine local disparu, invisible, dont on ne soupçonne pas l’existence et pourtant qui était bien présent.


Dans cette journée d’étude, il nous a semblé intéressant de soulever la question des cloîtres disparus. L’histoire de ces ensembles, leur disparition, les indices de leur présence sont d’autant d’interrogations que nous essayerons de traiter à travers l’exemple d’une abbaye. Le choix s’est porté sur celle de Saint-Pons-de-Thomières dans le département de l’Hérault. Cette abbaye a fait l’objet de nombreuses études, dont une des plus anciennes et des plus complètes est celle de Joseph Sahuc (1863-1924), un historien local[1]. Plus récemment, l’abbaye et son décor sculpté ont également fait l’objet d’une étude universitaire dans le cadre d’un mémoire de master 1 en Histoire de l’art médiéval[2]. Cet ensemble monastique est un exemple, parmi d’autres, représentatif d’un cloître disparu.

Deux grandes périodes marquent l’histoire du monastère. La première est celle de sa naissance et de son développement. Elle commence en 936 pour prendre fin en 1567. En effet, 936 est l’année où le comte de Toulouse, Raymond Pons, décide de fonder un établissement religieux sur la rive gauche du Jaur. Cet ensemble s’enrichit et s’agrandit par la suite, se dotant d’un cloître aux XIIe-XIIIe siècles aux éléments taillés et sculptés dans des marbres de différentes couleurs. Le prestige de l’abbaye ne cessant de s’accroître, en 1318, elle est élevée au rang de cathédrale.

La seconde période est celle de sa disparition, son démantèlement et la dispersion de ses vestiges. Elle débute en 1567 et se termine aujourd’hui. La seconde guerre de Religion en France marque le monastère par la destruction d’une partie des bâtiments, dont le cloître. À la suite de ces événements, la communauté se trouvait à l’image de ses structures, en ruine. Les antiquaires et autres passionnés ainsi que le développement du marché de l’art sont autant d’éléments qui ont participé et qui participent encore à l’histoire du cloître de Saint-Pons-de-Thomières.

Un exemple d’histoire d’abbaye[3]

            L’occupation de Saint-Pons est attestée depuis la Préhistoire et d’autres traces, antiques celles-ci, laissent penser que la ville était située sur une importante voie romaine, ce qui a favorisé son développement. À la période de la création de l’abbaye, celle-ci se trouve au Nord-Ouest du territoire de l’archevêché de Narbonne. D’autres puissances, laïques, étaient présentes dans la région : le comte de Toulouse, mais aussi les vicomtes de Narbonne, Béziers, Albi, Nîmes et les comtes de Barcelone[4].

            C’est dans cet environnement que se développe la communauté monastique bénédictine de l’abbaye de Saint-Pons-de-Thomières. Elle est fondée par Raymond Pons, comte de Toulouse, en l’honneur de son saint patron. Sa création marque un lien étroit avec le pouvoir toulousain car, en plus de donations généreuses et de nombreux privilèges accordés, les dirigeants de la communauté possèdent, grâce au comte, le titre de seigneur de Saint-Pons. La communauté tisse avec le temps de bonnes relations avec le pouvoir laïc, accroissant sa réputation : en 939, le roi Louis IV prend le monastère sous sa protection et par la même occasion confirme les donations faites en sa faveur. Cependant certaines relations furent tout de même conflictuelles, notamment avec le vicomte de Béziers. On note également que la communauté religieuse de Saint-Pons-de-Thomières se faisait remarquer au sein des membres du clergé, et même auprès du pape Grégoire VII comme le prouve Frotard nommé légat (1077) lors de son abbatiat (1061-1099). Frotard se distingue en outre par la réforme monastique à laquelle il participa de manière fort active, notamment dans le Sud de la France et au Nord de l’Espagne. C’est encore sous Frotard que d’importantes donations furent faites à l’abbaye. L’une d’elles est celle du roi d’Aragon, Sancho Ramirez (v. 1043-1094) qui, en 1093 envoya son fils Ramire rejoindre la communauté qu’il quitta quelque temps plus tard pour le monastère de Saint-Pierre-le-Vieux de Huesca. Devenu roi d’Aragon à son tour en 1134, il n’oublia pas le monastère de Saint-Pons auquel il fit de nombreuses donations[5].

            La communauté religieuse de Saint-Pons a donc joué un rôle dans le dynamisme politique de sa région, à travers les prises de parti lors des conflits laïcs entre les comtes de Toulouse et les autres puissances voisines, mais aussi lors des querelles avec et entre les hommes de pouvoir de l’Église. Ces conflits s’expriment avec l’installation même de l’abbaye. En effet, érigée dans le diocèse de Narbonne, elle obtient plus tard (Xe-XIe siècle) l’exemption et se détache complétement de tout devoir, mais aussi de tout pouvoir, exercés par l’archevêque sur le monastère. Outre les relations de pouvoir, l’abbaye entretient en outre des liens avec les monastères et les églises proches (Carcassonne, Saint-Guilhem-le-Désert) comme le prouvent les informations récoltées dans le nécrologe du monastère[6]. Les documents révèlent par ailleurs les liens avec des personnalités importantes : outre les rois d’Aragon, les abbés de Cluny, dont Pons[7].

            Importante, influente et prospère, le monastère comptait 29 moines en 967. Après son changement de statut (1318), des textes dénombrent 48 religieux en 1327, 32 en 1362. Lors de la sécularisation de 1612, ils n’étaient plus que 14[8].

            Les richesses dont bénéficia l’abbaye permirent que l’église soit fortifiée, que de nouveaux bâtiments soient construits et aménagés au cours du temps. En ce qui concerne le cloître, objet de la présente contribution, érigé au Sud de l’église, ses travaux auraient débuté dans les années 1160 avec un programme architectural prestigieux par le choix du matériau pour les claires-voies, à savoir des marbres de différents coloris, et par un décor sculpté raffiné. L’essor de l’abbaye continua également par la suite, avec de nombreuses phases architecturales alternant destruction et reconstruction, entre les XVe et XVIe siècles, dont le remplacement de l’ancien chevet par un chœur plus grand composé de chapelles rayonnantes. Ce sont les guerres de Religion du XVIe siècle qui mirent à mal la communauté religieuse de Saint-Pons-de-Thomières[9] qui ne retrouva jamais par la suite son éclat d’antan.

Destruction, dispersion : les causes de la disparition du cloître

            En 1567, dans le contexte de guerres de Religion, la ville est prise par les Huguenots. Ce serait lors de cet épisode que le cloître fut très certainement détruit. Les protestants occupèrent la ville pendant près d’un an, marquant ainsi le paysage et la communauté religieuse, ce qui ne fut pas sans des répercussions néfastes sur leurs richesses[10]. En effet ce n’est qu’en 1619 qu’une nouvelle église fut consacrée, plus petite par manque de fonds, soit peu de temps après la sécularisation des chanoines en 1612. Le cloître détruit ne fut pas reconstruit. Des ruines sont néanmoins présentes, il ne fut donc pas totalement arasé puisque les chanoines se réunissaient dans une partie du cloître grossièrement remis en état avant la construction de la nouvelle église[11]. Au cours du XVIIe siècle, des projets de reconstruction des bâtiments claustraux ont émergé. Ce qui est intéressant dans ces projets, c’est l’existence de notes, reprenant les paroles de l’évêque en place de 1664 à 1713, Percin de Montgaillard. Ce dernier, lors de la visite du chantier il demanda un inventaire des matériaux, exigea que ceux-ci soient mis en sécurité, car plusieurs particuliers les pillaient et les détruisaient. Dans un souhait de les récupérer, il menaça d’excommunier ceux qui ne rendraient pas les éléments spoliés[12]. Parmi les travaux réalisés sous son abbatiat, une partie des éléments des bâtiments claustraux destinés à loger les membres de la communauté fut remontée en 1671[13] avec les matériaux encore sur place[14]. Néanmoins, cet ouvrage n’a jamais réellement abouti, mais il prouve qu’une grande partie des éléments architecturaux étaient abandonnés sur place à cette époque, dont possiblement des parties du cloître qui ne fut malheureusement pas restauré à l’inverse de l’église qui a malgré tout subi des modifications (changement d’orientation)[15].

            En 1784-1785, les travaux de la route royale passant sur l’emplacement de l’ancien cloître achèvent sa destruction au sein du plan urbain de la commune, faisant disparaître également toutes traces de sa présence dans le sol que l’archéologie aurait pu mettre au jour[16] (fig.1). De ce cloître, il ne reste que 44 chapiteaux répertoriés[17]. Il faut savoir qu’ils étaient tous en marbre[18], richement sculptés, bien taillés, ce qui fait d’eux des vestiges d’un grand intérêt pour un décor d’édifice, d’exposition, de collection ou encore pour leur aspect pratique par la forme de leur taille. Cela explique le choix des particuliers de récupérer ces éléments, récupération ou pillage si l’on reprend les termes de l’évêque Percin de Montgaillard. Une information tirée de la visite du baron Guilhermy, alors membre du comité des travaux historiques, du comité des arts et monuments, nous apprend que des chapiteaux en marbre aux thèmes historiés ou symboliques provenant du cloître ou du portail, étaient disséminés dans les maisons de Saint-Pons-de-Thomières[19]. L’ensemble de ces chapiteaux – ceux qui subsistent et qui sont attribuables au cloître – constitue une des plus belles séries d’œuvres sculptées médiévales de Languedoc. Leur état de conservation, est, par chance, excellent. Il est donc possible de reconnaître les scènes, les personnages et les décors[20]. Les études qui ont pu être menées sur certains d’entre eux ont permis de constater des styles différents et, ainsi, une réalisation en plusieurs étapes, mais renvoyant toujours une sculpture romane, au sein de laquelle les éléments naturalistes annoncent l’art gothique[21]. Tout en marbre, leurs coloris vont du gris au blanc, avec des nuances dorées ou roses. Le choix de ce précieux matériau s’est en quelque sorte imposé, les carrières étant toutes proches. Toutefois, il n’est pas possible dans leur état actuel de définir avec précision si le choix des couleurs était volontaire ou régi par ce que les carrières offraient lors des extractions pour la réalisation des éléments du cloître[22]. Les études stylistiques des décors des différents chapiteaux ont permis de dégager cinq groupes distincts[23]. Les chercheurs se sont rendus compte que les éléments qui ont pu être répertoriés et que l’on définit comme « blancs » sont plus nombreux que les « gris ». Ces derniers semblent dater de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle, avec notamment pour thème l’histoire de Saint-Pons.

Fig.1. Vue aérienne Google Maps de l’actuelle cathédrale de Saint-Pons-de-Thomière © Google Maps

            Nous avons choisi de présenter un de ces chapiteaux issus de ce cloître. Celui-ci date du dernier quart du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. On retrouve sur ces différentes faces l’histoire de saint Pons taillée dans un marbre gris. Il s’agit de Pons de Cimiez (près de Nice), sénateur romain du IIIe siècle converti au christianisme. Son influence grandissant, il lui fut reproché de semer le trouble dans la ville de Rome. Pour sauver sa vie, il dut fuir la capitale et se rendit à Cimiez où il fut retrouvé, arrêté et interrogé. Refusant d’abjurer sa foi il fut condamné à être torturé avant d’être décapité[24]. Certains passages de sa vie ont été représentés sur le chapiteau qui nous intéresse ici. Sur une des faces, le saint apparaît encadré par deux soldats en arrière-plan et un troisième tenant sa main droite ; sur une autre, un juge, assis, un sceptre dans la main droite, tend sa main gauche vers l’avant en signe d’accusation. La scène qui suit se déroule dans un décor architectural où Pons, accompagné d’un garde, est assis pieds et mains liés (fig.2). La dernière face est celle du supplice (fig.3)[25].

Saint Pons en prison © G. Mallet.
Fig.2. Saint Pons en prison © G. Mallet
Saint Pons subissant son supplice © G. Mallet.
Fig.3. Saint Pons subissant son supplice © G. Mallet.

            Malheureusement, les pièces ne furent pas rassemblées et le marché de l’art s’en empara, entraînant un certain nombre de chapiteaux dans son sillage : antiquaires, musées français et étrangers devinrent les nouveaux propriétaires. Au même moment, les départements d’arts médiévaux se sont développés dans les différents musées et les conservateurs ont mis la main sur des œuvres et organisé des collections. Ainsi, en 1933, Paul Vitry, conservateur du département au musée du Louvre et professeur à l’école du Louvre, fit entrer au musée trois chapiteaux du cloître, tandis que trois autres se retrouvèrent au musée des Augustins à Toulouse[26]. Le Fogg Art Museum d’Harvard acquit également cinq chapiteaux en 1922 grâce à Arthur Kingsley Porter, historien de l’art médiéval et professeur à Harvard, qui les acheta au célèbre antiquaire Georges Joseph Demotte[27]. D’autres sont conservés dans un local du conseil départemental des Pyrénées-Orientales, au Victoria and Albert Museum de Londres et d’autres encore dans de nombreux autres musées américains.

            Saint-Pons-de-Thomières n’est pas le seul cloître qui ait disparu. Son cas est moins connu que celui de Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) ou que celui de Saint-Michel-de-Cuxa (Pyrénées-Orientales) dont d’importants vestiges participent à la renommée du musée des Cloisters à New York. Ces cloîtres et d’autres encore ont certes disparu, mais ils continuent d’exister par la sauvegarde de leurs éléments circulant à travers leurs différents propriétaires, offrant à la fois des questions, des informations mais aussi des réponses.


Bibliographie

BEAULIEU 1956

BEAULIEU Michèle, « Les chapiteaux du cloître de Saint-Pons-de-Thomières », Bulletin monumental, 114/3, 1956, p. 215-216.

BUSSIS-TAIT 1995-1996

BUSSIS-TAIT Leslie, « Histoire du monastère de Saint-Pons-de-Thomières : sources documentaires (936-1874) », Étude héraultaise, 26-27, 1995-1996, p. 23-38

LE CLÉZIO 2015

Le ClÉzio Antoine, La sculpture monumentale de l’ancienne abbaye bénédictine de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault, fin XIe – milieu XIIIe siècle) : état de la question, Mémoire de master 1 sous la dir. de Géraldine Mallet, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2015, 2 vol.

LE CLÉZIO, MALLET 2016

LE CLÉZIO Antoine, MALLET Géraldine, « Quand la redécouverte de chapiteaux romans du cloître de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) renouvelle l’intérêt de l’usage du marbre dans l’abbaye au Moyen Âge », Patrimoines du Sud, 4, 2016, p. 52-62, en ligne : http://journals.openedition.org/pds/1294 (consulté en octobre 2020).

MAUREL 1889

MAUREL J.-G.-P., Saint Pons de Cimiez, martyr, patron des paroisses de Saint-Pons de Thomières et de Saint-Pons de Mauchiens, au diocèse de Montpellier (Hérault) : avec une courte notice historique sur ces deux localités, Montpellier, Louis Grollier père, 1889.

SAHUC 1908

SAHUC Joseph, « L’art roman à Saint-Pons-de-Thomières », Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 2e série, IV/1, pp. 5-94.

SAHUC 1909

SAHUC Joseph, Messire Pierre-Jean François de Percin de Montgaillard, évêque de Saint-Pons (1633-1665-1713), Paris, Librairie historique des provinces, 1909.

VIVET-PECLET 2017

VIVET-PECLET Christine, « L´antiquaire Georges Joseph Demotte, le Louvre et les musées américains. S’approprier le discours sur le patrimoine médiéval de la France au sortir de la Première Guerre mondiale », Les cahiers de l’École du Louvre, 11, 2017, p. 1-16, en ligne : http://journals.openedition.org/cel/  (consulté en octobre 2020).


[1]SAHUC 1908.

[2]Le ClÉzio 2015.

[3]Pour cette partie, nous nous sommes basé sur le travail riche en informations suivant : BUSSIS-TAIT 1995-1996, p. 23-38.

[4]Ibid., p. 23.

[5]Ibid., p. 26-27.

[6]Paris, BnF, lat. 5259.

[7]BUSSIS-TAIT 1995-1996., p. 27.

[8]Ibid.

[9]BUSSIS-TAIT 1995-1996, p. 26-29.

[10]Ibid.,p. 29.

[11]Ibid.

[12]Ibid.,p. 30.

[13]SAHUC 1909, p. 150.

[14]Bussis-tait, 1995-1996, p. 30.

[15]Ibid.

[16]Ibid.

[17]Voir le sujet du master d‘Antoine Le Clézio.

[18]Le Clézio, Mallet 2016, p. 61-62.

[19]Bussis-tait, 1995-1996, p. 31.

[20]Le Clézio, Mallet 2016, p. 61-62.

[21]Ibid.

[22]Ibid.

[23]Ibid.   

[24]MAUREL 1889, p. 88-97.

[25]Fiche 24 d’un inventaire établi le 9 avril 1999 par Géraldine Mallet et Dominique Labrosse. Je remercie Mme Mallet de m’avoir fait parvenir cette fiche d’inventaire.

[26]Beaulieu 1956, p. 215-216.

[27]Vivet-Peclet 2017, p. 12.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search