Le cloître de Lyse : témoignage de la présence cistercienne en Norvège au XIIe siècle

Sarah Tjugen-Vidal

Diplômée en Langues Étrangères Appliquées spécialisée en Anglais et en Arabe, Sarah a suivi un Diplôme Universitaire d’introduction aux techniques de l’art durant lequel elle a réalisé son intérêt pour l’Histoire de l’art. L’année suivante, elle s’est donc naturellement inscrite en troisième année de licence en Histoire de l’art où elle y a développé un goût particulier pour l’art médiéval. En raison de ses origines, il lui a semblé évident de se tourner vers l’étude d’édifices norvégiens; en M1, Sarah a alors étudié les églises « en bois debout » et en particulier celle de Lom sous la direction de Géraldine Mallet. Elle étudie actuellement la cathédrale de Stavanger.


Fig. 1 : Vue du cloître de Lyse depuis le sud.

C’est en rentrant de son voyage de l’abbaye de Fountains, dans le diocèse d’York, que l’évêque Sigurd de Bergen décide de donner une partie de ses terres afin de fonder en 1146 l’abbaye cistercienne de Lyse.  Située dans une vallée reculée de la Norvège à 27 km au Sud de Bergen, Lyse est devenue le premier établissement cistercien du pays. L’abbaye est donc une fille de Fountains qui appartient à la lignée de Clairvaux.

En raison de l’environnement dans lequel le monastère s’inscrit, il put acquérir une fortune considérable grâce à son activité agricole importante. En effet, le lieu choisi pour y construire l’ensemble monastique était typique de l’ordre, assez isolé pour vivre une vie contemplative et proche d’un marécage, avec un accès à l’eau suffisamment important pour faire vivre toute l’abbaye et développer une activité agricole. Les terres données par Sigurd de Bergen à l’abbaye de Lyse permirent à cette dernière de prospérer.

Mais durant la Réforme protestante en 1536 et 1537, la couronne norvégo-danoise confisqua les possessions de l’abbaye. L’ensemble fut démonté et les pierres furent utilisées dans des constructions à Bergen ou encore au Danemark.

Aujourd’hui le cloître de Lyse, qui se fait communément appeler Lysekloster ou Lyse kloster,est en ruine. Le monastère fut redécouvert lors de fouilles au XIXe siècle menée par l’archéologue norvégien Nicolay Nicolaysen, et c’est exactement en 1822 que ses fondations furent mises au jour. On y aurait retrouvé, selon un rapport fait par Nicolaysen en 1890, « un portique ou péristyle, où se trouvait des socles, des chapiteaux et des architraves »[1]. Des fouilles ainsi que des reconstructions ont été réalisées entre les années 1920 et 1970.

Grâce aux chapiteaux retrouvés, notamment ceux dits à « coin-pétoncle », caractéristiques de l’architecture anglaise, cela nous permet d’avoir un premier témoignage de l’origine anglaise de ce monastère et des relations monastiques entre les deux pays qui ont donc permis l’implantation d’un des premiers établissements cisterciens du pays. 

Dans le cadre des journées d’études À l’ombre des arcs de pierre. Panorama d’études claustrales (XIIe-XVe siècle) qui se sont déroulées les 23 et 30 novembre 2020, l’abbaye et particulièrement son cloître ont été présentés : tout d’abord en la replaçant dans son contexte historique et géographique ; puis en étudiant les différents remaniements et restaurations qu’elle a subis. Nous verrons comment un édifice si peu documenté est un véritable témoignage de la présence cistercienne en Norvège au XIIe siècle.

Contexte historique et géographique

Le monastère de Lyse s’élevait dans une vallée relativement étroite et partiellement marécageuse. Entouré de collines boisées, sur un plateau entre la montagne Lysehornet et le fjord à quelques kilomètres en contre-bas. Selon le récit de la fondation de Lyse dans la Narratio du moine Hugh de Kirkstall (aux alentours de 1206), c’est au cours d’un voyage à l’abbaye de Fountains, dans le diocèse de York, durant l’été ou l’automne 1145 que l’évêque Sigurd de Bergen aurait été frappé par la vie monastique cistercienne et son fonctionnement. À tel point qu’il demanda à ce qu’un groupe de moines l’accompagne à son retour en Norvège, ce qui lui fut accordé. Le 10 juillet 1146, Sigurd rentra en Norvège accompagné de 12 moines ainsi que quelques frères laïcs sous la direction de l’anglais Ranulf. Il donna une partie de ses terres et, avec l’argent hérité de son père, il fit construire l’abbaye. Le monastère de Lyse a donc dû être fondé un peu plus tard au cours de l’été 1146. Son nom était alors Sainte-Marie de Lyse. Sigurd mourut en 1156 et Nicolaysen suggéra qu’il avait peut-être été enterré dans le chœur de l’église.[2]

Il faut comprendre que la construction de l’abbaye de Lyse a pu se faire grâce au soutien des évêques dans un contexte de polarisation politique de la vie monacale. Selon James France, l’implication de l’évêque Sigurd dans la fondation de Lyse kloster est un contrepoids au monastère bénédictin Munkeliv, qui aurait été fondé par le roi Eystein Magnusson[3].

C’est grâce à la Fundatio Lysensis Monasterii, le récit fondateur de l’abbaye de Lyse, que nous avons pu recueillir des informations concernant la création de Lyse kloster. Selon cette source, l’évêque Sigurd de Bergen appartenait à l’un des meilleurs clans de la Norvège à cette époque, et qu’il possédait probablement un grand domaine. C’est la raison pour laquelle la convention monastique arrivée d’Angleterre s’est vue offrir la ferme de Lyse comme propriété pour installer le monastère.

Il est important de comprendre la relation ecclésiastique entre la Norvège et l’Angleterre à cette époque. En effet, nous savons que les premiers monastères cisterciens suédois et danois ont comme abbaye mère Clairvaux et Cîteaux. Or, Sigurd a choisi d’être associé à un monastère anglais. Selon l’historien Johnsen, cela s’expliquerait par la relation cordiale de la Norvège avec l’Angleterre depuis l’époque de sa christianisation[4]. Les norvégiens avaient aussi depuis longtemps des relations commerciales et culturelles avec, entre autres, le Yorkshire et York. Par ailleurs, une population norvégienne importante vivait alors à York. Le premier chef de Lyse, Ranulf, a probablement dirigé le monastère pendant environ quinze ou vingt ans avant de retourner à l’abbaye de Fountains. Si l’on part du principe que les choses étaient faites dans les règles de l’art, les abbés suivants étaient désignés par les frères et avec la recommandation du père abbé. Il ne serait donc pas étonnant qu’il y ait eu des abbés anglais à Lyse jusqu’au XIIIe siècle, voire au-delà.

Fig. 2 : Vue aérienne du monastère.

Le lieu où se trouve Lyse est typique d’une implantation cistercienne. Nous avons pu trouver des monastères construits dans d’autres environnements mais c’est généralement dans une vallée isolée que les cisterciens décidaient de s’installer, cela étant davantage en harmonie avec une vie contemplative.

La construction de l’édifice a été faite selon les plans d’autres monastères de l’Ordre en Angleterre et en France. Comme Lyse, un grand nombre de monastères ont été construits dans un terrain marécageux qui a ensuite été transformé en zone habitable et fertile grâce à l’activité agricole des moines et des convers. Pour un ensemble monastique important il était nécessaire d’avoir un accès à l’eau. C’était primordial dans le choix de l’emplacement et c’est la raison pour laquelle l’édifice a été construit au fond de la vallée à proximité d’un cours d’eau.

Il est probable que plusieurs des fermes à proximité soient devenues la propriété du monastère grâce à des échanges, des dons ou encore des ventes. À son apogée, Lyse kloster possédait ⅗e des fermes locales. Étant en relation étroite avec l’Angleterre, il possédait aussi son propre navire pour transporter des marchandises. La richesse de Lyse kloster s’est aussi faite grâce aux dons des laïcs qui souhaitaient être inhumés dans le cimetière de l’établissement où des moines pouvaient prier pour le salut de leur âme.

L’abbaye est devenue si importante que, en 1265, le pape a nommé l’abbé de Lyse membre d’un conseil de quatre personnes qui devaient élire l’évêque de la cathédrale de Nidaros (Trondheim). Ce à quoi les abbayes ne participaient pas jusque-là.

Le cloître et ses restaurations

C’est en 1537, durant la Réforme, que le monastère, qui avait été dirigé par les moines cisterciens pendant près de 400 ans, a été fermé. Contrairement aux autres monastères, les religieux de Lyse kloster n’ont pas été chassés, mais ont disparu peu à peu. L’abbé Matias fut le dernier à le diriger. Son nom apparaît dans une lettre datant du 9 mars 1537 écrite à Lyse kloster, par Herr (Monsieur) Eske Bille et concerne une commande de six tonneaux de céréales pour le monastère.

En 1538, la Réforme a été menée dans tout le pays et, à cette époque, le roi du Danemark avait confisqué le domaine de l’abbaye. À la suite d’un arrêté royal, plusieurs édifices du monastère ont été démolis, les pierres et le bois ont été transportés à Bergen notamment pour la construction de la tour Rozenkrants. Le roi Christian IV ordonna qu’une cargaison entière de pierres de Lyse kloster soit acheminée jusqu’au Danemark. Plusieurs éléments sculpturaux sont à présent au musée de l’Université de Bergen. L’édifice a été fouillé au cours du XIXe siècle, puis pendant les années 1920 et 1970. Par ailleurs des parties des murs ont été reconstruites dans les années 1930.

Vue d’ensemble

Fig. 3 : Vue sur les arcades reconstituées du cloître.

Comme la plupart des monastères cisterciens, les bâtiments principaux de Lyse ont été construits comme un ensemble de quatre ailes, bien que l’aile ouest ait sans doute été construite en bois (cette dernière a à présent disparue).

Le plan et la fonction des différentes pièces semblent largement suivre le plan cistercien classique. Selon l’historienne de l’art, Marit Nybø, la construction de l’église a commencé juste après celle des fondations de l’abbaye en 1146[5]. Et il semblerait que le carré monastique ainsi que le cloître aient été terminés durant le premier tiers du XIIIe siècle.

Des parties importantes des rituels liturgiques avaient lieu dans le cloître. C’est également ici que les moines se tenaient quand ils n’étaient pas occupés à d’autres tâches. Son plan n’est pas parfaitement carré puisqu’il mesure 13,40 m sur 13,20 m, avec une longueur plus importante dans la direction Est-Ouest.

Fig. 4 : Plan de Lysekloster par Christie, 1824.

Le cloître de Lyse a donc été déterré en 1822. Lors de ces fouilles a été retrouvé « un portique ou péristyle, où se trouvaient des socles, des chapiteaux et des architraves »[6]. En 1920, sept arcs ont été remontés dans l’angle nord-ouest du cloître avec des éléments d’origine et quelques copies. D’après les vestiges, il semblerait que leur élévation ait suivi le modèle habituel avec des arcs en plein cintre portés par des colonnettes géminées. Les angles étaient sûrement des piliers quadrangulaires pleins, comme l’évoque l’anastylose. Aujourd’hui, nous pensons que la majeure partie du mur bahut a été reconstruite. L’incertitude demeure sur le nombre d’entrées vers le cloître, Nicolaysen en ayant mentionné deux. Mais il est possible que celle située dans l’angle sud-ouest ne soit pas d’origine, n’étant pas mentionnée dans le plan de 1824 de Wilhelm Frimann Koren Christie (homme politique norvégien et historien éminent). Cependant, Christie a marqué sur son plan un passage du côté ouest. Les galeries étaient probablement couvertes d’un toit en appentis, comme dans plusieurs cloîtres anglais, tels ceux de Fountains ou de Kirkstall, les colonnes ne semblant pas avoir les dimensions nécessaires pour porter des voûtes. Le sol était vraisemblablement couvert en brique. En se basant sur les pierres d’origine restantes, les arcades étaient décorées avec des variations de motifs en chevrons.

Arcades et chapiteaux

Comme cela a déjà été dit, les arcades dans le cloître sont issues d’une reconstruction réalisée en 1929 et 1931. L’ensemble consiste en différents éléments, comme la technique des « petites pierres »[7], des copies, et des fragments d’origine en stéatite (une roche très tendre).

Fig. 5 : Vue rapprochée des arcades reconstituées du cloître.

Il existe à quelques centaines de mètres dans la vallée, à l’Est de l’édifice il existe une carrière de stéatite. Elle n’a fait l’objet ni de relevés archéologiques ni d’excavation mais, selon le géologue Øystein James Jansen, un tas de « déchets » est encore présent directement devant celle-ci[8] (cependant aucun atelier n’a été documenté). Les traces d’extraction de pierres de construction sont distinctes et deux récipients en stéatite inachevés ont été retrouvés[9].

Les arcs sont décorés de chevrons et sont portés par des colonnes géminées avec des doubles chapiteaux à motifs de feuilles arrondies pour les uns et ornés de sorte de plis pour les autres. Nous pouvons aussi remarquer que les arcades ont un seul côté richement décoré, l’autre ne présentant qu’un simple chanfrein. De plus, trois types de perles différents et quatre de chevrons différents s’ajoutent à l’ornementation.

Fig. 6 : Vue rapprochée des arcades reconstituées du cloître.

Les chapiteaux sont de plusieurs types. On ne retrouve le motif de la feuille d’eau qu’une seule fois. Les autres sont à plis, qui constituent d’ailleurs l’une des formes les plus caractéristiques du style anglo-normand. Ces derniers sont dits de type « coin-pétoncle »[10], c’est-à-dire que les plis sont séparés par des coins plus petits.

Rien n’est mentionné sur les arcs intacts, cependant nous savons que la disposition des pierres angulaires est due à la volonté de Nicolaysen qui se serait basé sur les « traces trouvées » lors de la restauration : « […] sur la face intérieure lisse [à chanfrein] et aussi sur les murs vers le bas-côté transversal, tandis que l’avant vers la cour du monastère, comme indiqué, montrait une grande richesse et variété à la fois dans les détails des arcs et dans la forme des chapiteaux et des bases des piliers […] »[11]. Ensuite, les pierres angulaires montrent deux types de chevrons. Il ne semble donc pas improbable que les claires-voies de Lyse aient pu avoir deux rangées d’arcades à chevrons et deux rangées d’arcades à décor de perles comme dans certains édifices français comparable, selon Nybø, à ce que l’on peut voir notamment à l’abbaye de Fontenay. Des comparaisons ont été faites entre les matériaux utilisés à Lyse et ceux d’autres monastères cisterciens, ce qui permit d’avoir une idée de ce qui avait pu être réalisé à l’abbaye de Lyse.

Aujourd’hui, les ruines de Lyse kloster sont protégées selon la loi du patrimoine culturel de Norvège. En 2014, des mesures, en collaboration avec le programme de ruines du Riksantikvarens nasjonale ruinrogram (programme national de conservation de ruines) la commune de Os, le Byantikvaren[12] de Bergen ainsi que l’atelier de restauration Bakken & Magnussen, ont été prises concernant des travaux de restaurations et de conservations.  Les objectifs ont été de réparer les dommages liés à la maçonnerie et à adapter l’espace autour des ruines. Les mesures sont basées sur une évaluation de l’état élaborée par Byantikvaren à Bergen en 2012, qui a conclu que les vestiges souffraient de plusieurs sortes de dégâts et que leur environnement n’était pas adapté. Concernant le site de Lyse kloster, des erreurs ont été signalés à propos de l’emplacement exact des ruines sur le terrain par rapport aux données d’enquête dans les cartes publiques et les bases de données du patrimoine culturel du Conseil national du Patrimoine.

Les travaux de restauration du mur ouest du cloître ont débuté fin juillet 2014. La couche de tourbe sur le sommet du mur érigé a été enlevée. Ensuite, la couche de ciment renforcé a été coupée et le noyau de maçonnerie a été exposé. Il y avait des cavités relativement importantes entre le parement et le noyau de la paroi. Le cœur de la maçonnerie, fait d’un mortier de chaux extrêmement dur dans lequel apparaissaient du charbon et des fragments de coquillages, a été très bien conservé. Une fois que tout le mortier utilisé lors des réparations des années 1920 a été retiré, un nouveau noyau de maçonnerie de mortier de pierre et de chaux a été posé sur celui d’origine. Les joints au ciment ont été supprimés et remplacés par de nouveaux au mortier de chaux.

Au cours des travaux, il a été observé un point fort intéressant : des grands espaces se trouvaient entre le noyau bien conservé et les parements de maçonnerie. Il semblerait que les archéologues des années 1920 aient construit un mur légèrement plus large que ce que les vestiges avaient révélé, qui plus est de manière peu orthodoxe, avec quelques blocs de pierres au milieu de la maçonnerie, de nombreux joints mis bout à bout, etc., ce qui expliquerait que les parements se soient désolidarisés de leur noyau.

En outre, un éventuel mur parallèle au mur occidental n’a jamais été prouvé, même en fondation. L’historien de l’architecture Hans-Emil Lidén a soutenu que l’aile ouest, qui était réservé aux frères laïcs, n’était pas un bâtiment en pierre mais en bois. Les résultats de la rénovation de 2014 appuient cette hypothèse. Il peut sembler que ce qui reste du mur ouest soit les vestiges d’une cloison relativement étroite, qui peut avoir servi principalement de marquage du cloître.

En raison de l’intrusion de l’eau, les bases du portail de la salle capitulaire étaient en très mauvais état avec des dommages dus aux intempéries sur la stéatite. Durant l’automne 2013, la rénovation des bases réalisée par l’atelier de restauration Bakken & Magnussen a été mise en œuvre. La couche de tourbe des années 1920 a été remplacée par une solution imperméable avec l’utilisation de grandes dalles de pierre avec des joints et entrefers en-dessous, sans couverture de tourbe. Les travaux ont été terminés en mai 2014. Pour faciliter le contrôle de l’état de la couverture, et pour marquer le double portail par rapport aux autres murs des ruines du monastère, il a été décidé de ne pas placer de couche de tourbe sur les dalles de couverture. La couche de tourbe sur la couche de ciment des arcades a été enlevée pour éviter l’engorgement des plantes sur les ornements. La couche de ciment elle-même n’a pas été enlevée car il a été supposé qu’elle avait un effet de raidissement sur la structure.

Au cours de la présentation de l’abbaye de Lyse, et en particulier de son cloître, nous pouvons nous rendre compte qu’un des problèmes majeurs rencontrés est sans équivoque le manque de documentation et de traces écrites. Il est vrai que la Narratio du moine Hugh de Kirkstall ainsi que la Fundatio Lysensis Monasterii sont des sources clefs pour comprendre la fondation et le fonctionnement de l’abbaye. Cependant, ce sont les rares écrits qu’il nous reste de ce qui fut jadis un complexe monastique très important et riche. Nous devons donc, en quelque sorte, faire confiance à ces écrits puisque nous n’en possédons pas d’autres pour confirmer ou infirmer les informations qu’ils prodiguent ; il est cependant important de les considérer avec un œil critique. Par ailleurs, ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que les ruines de Lyse furent fouillées et que les historiens s’y intéressèrent. Cependant, là encore nous nous trouvons face à un problème de documentation et, en particulier, à un manque de rigueur de l’époque. En effet, nous savons aujourd’hui qu’il y a eu des erreurs lors de la reconstruction des arcades ainsi que des erreurs de relevés, dont ceux de Christie. Il ne nous reste donc aujourd’hui que les ruines pour témoigner de l’existence de ce monastère important, première fondation cistercienne sur le territoire norvégien.

Fig. 7 : Vue du monastère depuis le sud.

Bibliographie 

BJØRKVIK 1995

BJØRKVIK Halvard, « Klostergods og klosterdrift i Norge i mellomalderen », Tverrfaglig tidsskrift for middelalderforskning / Interdisciplinary Journal of Medieval Research, 2/8, 1995, p. 147-163.

DIMIER 1971

DIMIER Anselme, L’art cistercien hors de France, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1971.

FETT 1909

FETT Harry, Norges Kirker i Middelalderen, Kristiania (Oslo), Cammermeyers, 1909.

FRANCE 2006

FRANCE James, « Cistercienserne i Norden indtil c. 1200 », BISGAARD Lars, NYBERG Tore S. (éd.), Tidlige klostre i Norden før 1200: et symposium, Odense, Syddansk Universitetsforlag, 2006, p. 47-59.

GUNNES 1995

GUNNES Erik, « Ordener og klostre i norsk samfunnsliv », Tverrfaglig tidsskrift for middelalderforskning / Interdisciplinary Journal of Medieval Research, 2/8, Oslo, 1995, p. 131-145.

HAGA 1983

HAGA Arnfinn, Hellig Maria kloster i Lyse, Bergen, Bergens Tidende og J.W. Eide, 1983.

HANSEN, STOREMYR 2017

HANSEN Gitte, STOREMYR Per, « A Versatile Resource – The Procurement and Use of Soapstone in Norway and The North Atlantic Region », HANSEN Gitte, STOREMYR Per (éd.), Soapstone in the North Quarries, Products and People 7000 BC – AD 1700, Bergen, University of Bergen, 2017, p. 9-28.

HELLE 1993

HELLE Knut, « De norske klostrenes kulturelle rolle », Actes de Seminaret “Kloster og by” (11.-13. november 1992): omkring Olavsklosteret, Premonstratenserordenen og klostervesenet i middelalderen, Tønsberg, Tønsberg Bibliotek og Riksantikvaren, Utgravningskontoret for Tønsberg, 1993, p. 112-122.

HOMMEDAL 2017

HOMMEDAL Alf Tore, « Cistercian Soapstone. Production and Delivery of Building Material from Lyse Abbey to Bergen in the 13th century », HANSEN Gitte, STOREMYR Per (éd.), Soapstone in the North Quarries, Products and People 7000 BC – AD 1700, Bergen, University of Bergen, 2017, p. 391-403.

INNTJORE 2000

INNTJORE Hilde, Nonneseter – et middelalderkloster i Oslo, Høgskolen i Agder, Kristiansand, Høgskolen i Agder,2000.

JOHNSEN 1977

JOHNSEN Arne Odd, De Norske Cistercienserklostre 1146-1264 sett i Europeisk Sammenheng, Oslo, Universitetsforlag, 1977.

LANGGÅT 2009

LANGGÅT Anja Hysvæ, Lyse kloster. Jordegodset som økonomisk fundament for et norsk cistercienserkloste, Masteroppgrave, Universitetet i Oslo, 2009, 1 vol., également en ligne : https:// www.duo.uio.no/handle/10852/26691 (consulté en avril 2021).

LIDÉN 1986

LIDÉN Hans-Emil, « Middelalderens Bergen – kirkenes By », ØYE Ingvild (éd.), Middelalderbyen, Bergen, Bryggens Museum, 1985, p. 79-94.

MOHN 1959

MOHN Agnethe, Lysekloster, Bergen, Bergmanns boktrykkeri, 1959.

NICOLAYSEN 1890

NICOLAYSEN Nicolay, Om Lysekloster og Dets Ruiner, Kristiania (Oslo), J.C. Gundersens bogtrykkeri, 1890.

NYBØ 1986

NYBØ Marit, Lysekloster. En bygningsanalyse, Avahandling for magistergraden i kunsthistorie, Univeristetet i Bergen, 1986, 1 vol., également en ligne : https://bora.uib.no/bora-xmlui/handle/1956/17986 (consulté en avril 2021).

ÅSEN 2009

ÅSEN Per Arvid, Plants of Possible Monastic Origin, Growing in the Past or Present, at Medieval Monastery Grounds in Norway, Kristiansand, Edipuglia, 2009.


[1] Traductions effectuées personnellement du norvégien au français.

[2] NICOLAYSEN 1890, p. 9.

[3] FRANCE 2006, p. 47-59.

[4] JOHNSEN 1977, p. 15.

[5] NYBØ 1986.

[6] NICOLAYSEN 1890, p. 5.

[7] Smaasteinsteknikk / småsteinsteknik.

[8] Tiré de HOMMEDAL 2017, p. 391-403, citant un article de Jansen (2009) (article non trouvé).

[9] BRM 182, BRM 151, dans les collections du musée universitaire de Bergen.

[10] Wedge-scallop.

[11] NICOLAYSEN 1890, p. 5.

[12] Équivalent norvégien des bâtiments de France.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search