Le cloître de la cathédrale de Béziers (Hérault)

Ayant interrompu son cursus scolaire avant l’obtention du baccalauréat, Nadir est directement entré dans le monde du travail. À 29 ans, il décide de reprendre ses études en passant un DAEU littéraire, puis une licence d’Histoire à Béziers. En parallèle du master, il travaille en tant que vacataire à la Bibliothèque universitaire du Centre Du Guesclin de Béziers et qu’assistant d’éducation dans un internat. Nadir rédige son mémoire de recherches sur Les batailles de Poitiers et de Roncevaux à travers Les Grandes Chroniques de France, sous la direction d’Alessia Trivellone.


Fig.1 : Cathédrale Saint-Nazaire de Béziers © S. Demarthe.

La présente étude a pour sujet le cloître de la cathédrale Saint-Nazaire-et-Saint-Celse de Béziers. Ce monument a pour vocable les noms de deux hommes pieux, liés par leur parcours, qui furent par la suite élevés au rang de saints. En effet, Celse fut le disciple de Nazaire et ils subirent ensemble le martyre en l’an 56 de notre ère, lorsqu’on les décapita sous le règne de l’empereur Néron. Les travaux de la cathédrale débutèrent au cours du XIIIe, sur les ruines d’une ancienne église romane, détruite par un incendie en 1209, comme une grande partie de la ville de Béziers lors de la croisade albigeoise[1]. Cette attaque ordonnée par le pape avait pour but de ramener les habitants à la religion catholique ; même s’ils se considéraient comme chrétiens, ils n’étaient pour le sacerdoce universel que des hérétiques. En 1215, quelques années plus tard, débutait la construction de la cathédrale. Le chantier de cet édifice, que l’on attribue à Maître Gervais, s’étala sur plusieurs siècles[2]. Le cloître jouxtant la cathédrale au Sud fut construit, quant à lui, au cours du XIVe siècle, sans jamais avoir été achevé[3]. Notre argumentation portera donc sur deux aspects en particulier : il s’agira dans un premier temps de décrire le cloître, puis de mettre en lumière son usage par les membres du clergé pour tenter ainsi de justifier sa présence aux abords de la cathédrale (fig. 1).

Le cloître de la cathédrale de Béziers : histoire et architecture

En 1949, des fouilles ont permis d’affirmer l’existence d’un cloître roman plus ancien, remontant probablement au XIe siècle[4]. Le cloître actuel témoigne, en revanche, d’une architecture et d’un décor sculpté tardif, réalisés au cours du XIVe. Il semble, d’après ces mêmes fouilles que, dès le lancement de la reconstruction de la cathédrale au début XIIIe siècle, Maître Gervais ait anticipé la présence du futur cloître en créant la base de son emplacement[5]. Situé au Sud de la cathédrale (fig. 2), il repose sur un imposant soubassement « constitué d’un mur garni de mâchicoulis que portent les arcs tendus entre les contreforts »[6] ; sa galerie supérieure ne fut, en revanche, jamais construite.

Fig.2 : Cloître de la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers © S. Demarthe.

Les claires-voies, aux arcs brisés très aigus, y sont dépourvues de remplages : il existe pourtant des faisceaux de colonnettes qui justifient la présence de ces réseaux de pierre (fig. 3 et 4). C’est la raison pour laquelle on parle de construction inachevée[7]. Le cloître possède une série de culs-de-lampe, sur lesquels retombent voûtes dans les galeries. Ils sont tous différents et représentent, pour la plupart, différents personnages et des animaux fantastiques typiques du gothique tardif[8] (fig. 5 et 6).

Fig.3 : Claire-voie du cloître © S. Demarthe.

Le cloître fut occupé par les chanoines jusqu’à la révolution, époque à laquelle la France devint anticléricale, il fut alors dépouillé, pour preuve une fontaine, ornant son centre, déplacée en ville sur une place nommée place de la révolution. Il servit, au XIXe siècle, de dépôt lapidaire pour conserver à l’abri des dégradations toutes les découvertes effectuées en fouilles[9]. C’est Louis Noguier, membre de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, qui a été le premier conservateur de ce musée lapidaire[10]. Il ne reste à l’heure actuelle que quelques pierres dont un buste romain, en plus de quelques statuts présentes sur les murs. On peut aussi voir des éléments d’épigraphies médiévale et moderne, ainsi que des pierres tombales. Les autres pièces archéologiques sont depuis réunies au musée du Biterrois[11].

Fig.4 : Galerie du cloître © S. Demarthe.

Un cloître pour une communauté

Le cloître cathédral était un lieu réservé exclusivement aux chanoines, ils devaient donc pouvoir se rendre facilement dans la cathédrale pour leurs activités. C’est la raison pour laquelle cet ensemble avait un accès privé vers le transept de la cathédrale, ainsi qu’un accès au jardin de l’Évêché qui se trouvait en contre bas et qui donnait une vue d’ensemble sur l’Ouest de la ville, en direction de l’Orb. Il mettait ainsi en relation la cathédrale, la salle capitulaire, les autres bâtiments du chapitre et le jardin des évêques.

Fig.5 : Culot © S. Demarthe.

Depuis le synode de Latran, en 1059, le pape Nicolas II avait ordonné aux clercs religieux de vivre en communauté, de délaisser l’aspect matériel de cette vie, et de renoncer à tous les bénéfices que leur position pouvait engendrer, allant jusqu’à leur interdire le droit de propriété. C’est au cours du XIIe siècle qu’il y eu une uniformisation. En effet, le pape Innocent II obligea l’ensemble des chanoines[12] à adopter la règle de saint Augustin mais certains refusèrent comme à Lyon et à Béziers. Les chanoines de Béziers n’y furent donc pas soumis, comme le clergé régulier, mais ils vivaient malgré tout selon certaines règles, qui différaient selon les congrégations[13]. Ainsi, il semble important de préciser, qu’à l’inverse des moines qui ne sortaient pas de leur monastère, les chanoines séculiers pouvaient vivre en périphérie de leur cathédrale, dans le quartier canonial, où ils conservaient leur droit de propriété. À Béziers, comme dans d’autres villes, ce quartier a été fortement remanié, notamment au cours du XIXe siècle[14].

Les chanoines avaient pour mission d’assurer collectivement le chant de l’office divin aux heures canoniales de la journée, et de conseiller l’évêque. Ils avaient aussi des missions individuelles comme la liturgie qui consistait à la pratique des rites telles les cérémonies et les prières, ainsi que l’enseignement de la théologie[15]. Au sein de la fabrique, ils supervisaient aussi la construction et l’entretien de leur cathédrale.

Fig.6 : Culot © S. Demarthe.

Bibliographie

ERLANDE-BRANDENBURG 1989

ERLANDE-BRANDENBURG Alain, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989.

ESQUIEU 1977

ESQUIEU Yves, « L’œuvre de maître Gervais à la cathédrale de Béziers », Annales du Midi, 89/ 132, 1977, p. 153-165.

FANJEAUX 1989

Cahiers de Fanjeaux. 24 : Le monde des chanoines (XIe-XIVe siècle), 1989.

FOURNIER, et alii 1988

FOURNIER Michel, et alii, La cathédrale Saint-Nazaire de Béziers, Béziers, Imprimerie Lescuyer, 1988.

LEMAÎTRE, QUINSON, SOT 1994

LEMAÎTRE Nicole, QUINSON Marie-Thérèse, SOT Véronique (dir)., Dictionnaire culturel du christianisme, Paris, Le Cerf ; Nathan, 1994.

ROBIN 1999

ROBIN Françoise, Midi gothique. De Béziers à Avignon, Paris, Picard, 1999.


[1] ESQUIEU 1977, p. 153 ; voir aussi ERLANDE-BRANDENBURG 1989, p. 261.

[2] ESQUIEU 1977, p. 154.

[3] Ibid., p. 163.

[4] Ibid., p. 164.

[5] Ibid., p. 165.

[6] ERLANDE-BRANDENBURG 1989, p. 356.

[7] FOURNIER, et alii 1988.

[8] ROBIN 1999, p. 272.

[9] FOURNIER, et alii 1988.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Pour les chanoines se reporter à FANJEAUX 1989.

[13] LEMAÎTRE, QUINSON, SOT 1994, p. 74.

[14] FOURNIER, et alii 1988.

[15] LEMAÎTRE, QUINSON, SOT 1994, p. 72.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search