La journée des jeunes chercheurs, une expérience formatrice

Chaque année, au printemps, le représentant des doctorants est chargé d’organiser la Journée des jeunes chercheurs du CEMM, à laquelle les étudiants de Master prennent une part active. Retour sur ce rendez-vous phare de l’équipe.

Ecoliers. Pier Paolo delle Masegne, fragment de l’Arca de Giovanni da Legnano (m. 1383), Bologne, Museo Civico Medievale.

La journée des jeunes chercheurs suit toujours le même déroulement : le matin, deux doctorants (à partir de la deuxième année) présentent leur thèse devant l’ensemble de l’équipe. Leur intervention est suivie d’un moment de discussion, de questions et d’échanges. L’après-midi, les étudiants de Master 1 et 2 disposent d’une vingtaine de minutes pour parler de leur mémoire, devant leurs collègues et les doctorants. Encore une fois, chaque présentation ouvre sur une conversation. Les étudiants de master interviennent à cette journée des jeunes chercheurs sur la base du volontariat : le représentant des doctorants diffuse, en amont, un appel à communication. Les masterants intéressés fournissent à l’organisateur un titre pour leur exposé et sont tenus de structurer un discours pour le jour J, diaporama à l’appui. La journée des jeunes chercheurs donne donc un cadre « officiel » à ces échanges, même si ces derniers sont récurrents, mais plus informels, le reste de l’année.

Bien qu’elle puisse être stressante, la participation à la journée des jeunes chercheurs en tant qu’intervenant — qui est d’ailleurs bien souvent la première opportunité de ce genre dans le parcours de l’étudiant — est très bénéfique, « enrichissante et formatrice » ainsi que nous l’a confié Florian Artaud à l’issue de l’édition de 2019. En effet, c’est « une excellente opportunité pour tout étudiant de s’entraîner à présenter son travail à un public », d’après Océane Rosello, intervenante lors de la dernière journée. L’échange est donc vraiment le cœur de l’exercice. D’ailleurs, Océane nous a confié que sa participation l’avait aidée pour son audition en vue de l’obtention du contrat doctoral : « il était essentiel que je m’exerce à structurer ma pensée et mon travail ».

Ainsi, la participation, pendant le Master, à la journée des jeunes chercheurs, qui s’apparente à un « rite de passage », est très formatrice à court, moyen et long terme. En effet, présenter son mémoire pendant son élaboration permet parfois d’explorer de nouvelles pistes de recherches grâce aux échanges entre étudiants et doctorants d’histoire et d’histoire de l’art, voire de littérature et de musicologie puisque sont conviés l’ensemble des étudiants dépendants du CEMM. Ensuite, il s’agit souvent d’une première expérience qui permet de s’entraîner à discourir devant ses pairs. Enfin, l’intervention au cours de la journée des jeunes chercheurs est une « répétition » des auditions que sera amené à présenter le masterant, qu’il s’agisse du contrat doctoral ou de tout autre oral dans le cadre, par exemple, d’un concours.

Au-delà de la pertinence scientifique d’un tel rendez-vous, caractérisé par la pluridisciplinarité à laquelle les membres du CEMM attachent une grande importance, la participation des étudiants de master à cette rencontre est une réelle opportunité pour leur réussite présente et future, objectif pour lequel l’engagement de l’ensemble des membres du CEMM est indéniable.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search