Une passion pour les manuscrits médiévaux : Océane Rosello présente son parcours

propos recueillis par Sophie Ducret

Après avoir obtenu le diplôme de Master Mondes Médiévaux, Océane Rosello est en 1ère année de doctorat en Histoire médiévale à l’Université Paul-Valéry.

Océane, présente-nous ton parcours universitaire.

J’ai commencé par une licence en Langues (LLCER spécialisation anglais), d’abord à Lyon puis à Montpellier. C’est lors de cette première licence que j’ai eu des cours de civilisation médiévale anglaise qui m’ont passionnée et m’ont poussée à poursuivre en histoire. Donc, après avoir obtenu mon diplôme en Langues, je me suis réorientée en histoire et j’ai recommencé du début. J’aurais pu obtenir des validations d’acquis et entrer en L2, mais il me semblait important de commencer en L1 pour apprendre la méthodologie enseignée principalement en L1, mais aussi me former au latin car j’ambitionnais déjà de poursuivre en histoire médiévale. Après la L3 d’histoire, j’ai décidé de candidater directement en Master Mondes Médiévaux.

Pourquoi avoir choisi de poursuivre ton parcours avec le Master Mondes Médiévaux ?

Je ne voulais pas m’arrêter à la licence. Il fallait que j’en apprenne plus sur l’histoire médiévale donc c’était une évidence : le Master Mondes Médiévaux représentait tout ce que je cherchais pour la poursuite de mes études. Premièrement, la double casquette histoire/histoire de l’art, mais aussi études occidentales et orientales est très intéressante : il existe peu de Masters en France qui offrent un tel choix. Deuxièmement, ayant fait ma licence à Montpellier je connaissais l’ensemble des enseignants-chercheurs et leur spécialité : cela facilitait ma recherche de directeur, ou plutôt de directrice, de mémoire. Enfin, je tenais absolument à travailler sur un sujet touchant aux hérésies, et l’Université de Montpellier 3 est bien connue pour ses recherches dans ce domaine. En outre, le Master offrait une formation complète et pluridisciplinaire, avec des enseignements en langues anciennes, mais surtout la possibilité d’effectuer de premières vraies recherches.

Scène d’enseignement dans une université médiévale (à gauche) et Amaury de Bène (?) devant le pape. Londres, B.L. Royal 16 G VI, fol. 368v

Pourquoi as-tu voulu poursuivre tes recherches en thèse ? Parle-nous de ton sujet.

Pendant mes deux années de Master, j’ai travaillé sur l’hérétique Amaury de Bène, maître à l’université de Paris vers 1200, et ses supposés disciples les Amauriciens. Pour mener à bien mes recherches, j’ai effectué un travail de compilation de sources – textes et miniatures – le plus exhaustif possible. La première année de master était surtout consacrée à la traduction des sources latines, environ une quarantaine de texte, et à une première analyse des événements. Quant à la deuxième année, le travail était axé sur les discours différents, voire contradictoires, retranscrits dans les documents. Grâce aux sources, j’ai relevé que les discours autour d’Amaury, autant les textes que les images, étaient en fait construits au fur et à mesure des siècles. Mais ce travail a apporté plus de question que de réponses, notamment sur le contexte de production des sources. Par exemple le ms. 1301 de Troyes contenant un traité contre les Amauriciens (voir photo ci-dessous) est assez suspect et se trouve au cœur de ma réflexion actuelle. Il faut aussi préciser que j’ai obtenu un contrat doctoral qui finance mes recherches pour les trois premières années de thèse m’encourageant à mener ma recherche à terme.

Troyes, BM, ms. 1301, fol. 140v-141r

Selon toi, comment le Master t’a-t-il préparée au travail de doctorat ?

Le Master est très formateur pour la thèse : on y mène nos premières recherches qui évoluent au fur et à mesure de notre réflexion. Les différents cours que nous suivons nous préparent à développer nos analyses et notre esprit critique, mais aussi nos compétences techniques. Par exemple, en M2 nous avons un cours de paléographie latine très utile pour les étudiants travaillant sur des sources manuscrites ou diplomatiques en latin.  C’est aussi à ce moment-là que nous nous familiarisons avec les outils indispensables pour la recherche, comme les bases de données ou les catalogues de bibliothèque. Le master est aussi propice aux échanges avec l’ensemble des membres du CEMM qui sont toujours disponibles pour répondre à nos questions et nous orienter au mieux. Ces échanges se poursuivent en thèse en particulier lors des séminaires du jeudi où les membres de l’équipe sont présents. Le master m’a surtout appris que la recherche c’est avant tout de l’engagement et beaucoup d’investissement pour réussir.

Supplice des amauriciens, BnF Fr. 6465, fol. 236

Comment penses-tu valoriser ton travail de master et de thèse dans ton projet professionnel ?

Grâce au master et à la thèse j’ai l’opportunité de travailler sur des manuscrits médiévaux me permettant de développer des compétences en paléographie et codicologie. Je devrais d’ailleurs suivre un des stages d’initiation à la codicologie latine que propose l’IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes) chaque année. Par ailleurs pendant mes années d’étude, j’ai été vacataire à la BU Lettres (L3 et M1) et à la BU Saint-Charles (M2) : cette expérience m’a offert une expérience professionnelle indispensable pour la poursuite de mes projets. À terme, j’espère passer le concours de conservateur de bibliothèque et me spécialiser dans l’étude et la conservation des manuscrits. Pour finir ce cursus me pousse à la rigueur et à l’implication, qualités qui paraissent essentielles pour tout emploi futur. Ce ne sont pas juste des connaissances en histoire médiévales que j’ai acquises, mais également une méthode de travail qui peut être appliquée dans ma vie professionnelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search