Les moines de Cluny et l’image : les recherches de Master de Laura Attardo

Diplômée de l’université d’Aix-Marseille, Laura Attardo poursuit son parcours universitaire dans le cadre du Master Mondes Médiévaux (Paul-Valéry Montpellier 3).

Souhaitant poursuivre un travail de recherche pluridisciplinaire, mêlant l’Histoire et l’Histoire de l’art, elle dédie ses mémoires à l’étude du discours véhiculé dans les miniatures produites dans le célèbre monastère de Cluny (Bourgogne) sous la direction d’Alessia Trivellone.

Figure 1 : Agnus Dei. Staatsbibliothek Bamberg Msc.Patr.88, Xe siècle, fol. 19r.

Depuis sa fondation par le duc d’Aquitaine Guillaume le Pieux en 909, ou plus vraisemblablement en 910, le monastère de Cluny n’a cessé de s’agrandir : dès le XIIe siècle, l’abbé Hugues de Semur (1049-1109) est à la tête du réseau de monastères le plus important d’Occident avec plus de mille dépendances affiliées à la maison-mère bourguignonne.

Parallèlement au développement impressionnant de ce réseau, le monastère se constitue une bibliothèque de premier ordre. Au sein du scriptorium, de nombreux manuscrits sont copiés et enluminés : au début du XIIe siècle, le catalogue de la bibliothèque atteste de la conservation de 570 ouvrages, puis de 750 à la fin du XIIIe ! Durant le Moyen Âge, l’importance du livre est cruciale, bien plus qu’un support de prières, il est au cœur de la vie des monastères et forme un outil indispensable à la méditation du moine, un moyen pour ce dernier d’exprimer sa conception de l’ordre du monde.

Figure 2 : Saint Pierre en prison libéré par l’ange. Paris, BnF, ms. latin 1087, fin XIe siècle, fol. 75bis.

Aujourd’hui, seulement une vingtaine de manuscrits, produits entre le Xe et le XIIIe siècle, témoigne de l’activité d’enluminure des moines clunisiens : dans le cadre de notre mémoire de recherche, nous nous sommes attelés à étudier une poignée des miniatures ornant les folios de ces codex afin d’appréhender d’un œil nouveau l’histoire, la spiritualité et l’ecclésiologie (c’est à-dire la conception de la société) de la communauté monastique. Au terme de notre travail, plusieurs thématiques se dégagent de l’analyse des images : à travers certaines d’entre elles, les moines définissent leur monastère comme une synthèse de l’Église universelle, dans laquelle ils tendent à occuper une place privilégiée. D’autres illustrent quant à elles les relations entretenues avec les grands de leur temps et révèlent une implication et un positionnement des clunisiens dans certaines affaires du siècle, très peu retranscrits dans les sources écrites. Certaines images peuvent enfin servir de support pour l’articulation de discours polémiques et d’exclusion, tantôt adressés aux juifs, tantôt aux hérétiques ou bien encore, plus généralement, à tous les pécheurs.

Ce travail de recherche a donc permis de mettre en lumière des sources qui ne bénéficiaient jusqu’alors que de rares analyses sur leur discours. Mais loin d’avoir révélé tout leur mystère, les enluminures clunisiennes feront l’objet d’une étude globale dans le cadre d’une thèse de doctorat menée prochainement

Figure 3 : Disputatio d’Ildefonse contre des juifs. Parme, Biblioteca Palatina, ms. 1650, fin XIe siècle – début XIIe, fol. 45v.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laura Attardo (12 juin 2024). Les moines de Cluny et l’image : les recherches de Master de Laura Attardo. Master Mondes Médiévaux – Montpellier 3. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11swg


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ABADIE dit :

    C’est très intéressant ! on attend la suite .
    Bon courage pour ce travail précieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search