Des séjours de recherche au Liban et un prix pour le mémoire : entretien avec Florian Artaud

propos recueillis par Océane Rosello

Florian Artaud est titulaire d’un master 2 Mondes Médiévaux pour lequel il a été lauréat du prix Sabatier d’Espeyran 2019. Il postule actuellement pour un contrat doctoral à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Florian, pourquoi as-tu choisi le Master Mondes Médiévaux ?

Je suis passionné d’histoire médiévale depuis mon plus jeune âge. Les cours dispensés en licence d’histoire ont nourri ma passion et ma curiosité pour cette période. S’inscrire en Master Mondes Médiévaux sonnait comme une évidence pour moi. J’ai choisi le Master Mondes Médiévaux de Montpellier pour plusieurs raisons. J’avais eu un bon contact avec les enseignants, notamment ma future directrice, et les thématiques de recherches collaient parfaitement au projet que je souhaitais mener (étude de l’Orient chrétien). En effet, il faut souligner que le Master Mondes Médiévaux de Montpellier est réputé pour être porté vers l’étude de l’Orient médiéval. Cette double dimension (le master est porté à 50% vers l’étude et l’enseignement de l’Occident médiéval et 50% vers l’Orient médiéval) de même que les enseignements proposés, très riches et formateurs, m’ont vraiment séduit et convaincu de m’inscrire.

Château de Byblos (Gibelet) vu depuis le sud-ouest (Liban)

Quel était ton sujet de mémoire ? Comment l’as-tu choisi ?

Mon mémoire avait pour titre La seigneurie de Gibelet / Byblos (XIIe-XIIIe siècle). Organisation et dynamique d’un territoire du comté de Tripoli. L’objectif était d’analyser et de mettre en perspective les dynamiques politiques et territoriales de la seigneurie de Gibelet. Pour contextualiser, la seigneurie de Gibelet était un fief du comté de Tripoli, l’un des quatre états latins fondés dans la lignée de la Première Croisade. Le choix du sujet s’est fait assez naturellement, en collaboration avec ma directrice. Je souhaitais dès la licence travailler sur l’Orient latin. Après quelques échanges et des recherches bibliographiques, nous nous sommes aperçus qu’il y avait encore des choses très intéressantes à faire sur le comté de Tripoli. En fait, plus que le choix du sujet en lui-même, c’est la définition progressive de l’approche méthodologique, tournée vers l’étude de la territorialité, qui a donné sa forme au projet. Je pense qu’un sujet se construit progressivement, au gré des échanges et expériences, séminaires et colloques auxquels on peut participer. La participation à une journée d’étude sur la territorialité des ordres militaires, organisée en octobre 2017 par ma directrice, a été déterminante dans la construction de mon sujet.

Baptistère de la cathédrale Saint Jean-Marc de Byblos (Gibelet, Liban)

Tu as effectué des séjours au Liban pour tes recherches : as-tu eu des financements ? Comment s’est passé ton séjour ?

En effet, j’ai eu la chance d’effectuer deux mobilités sortantes au Liban, dans le cadre de l’accord unissant notre institution à l’Université du Saint-Esprit de Kaslik. Le premier séjour a eu lieu en octobre 2018 et le second en juillet 2019. Mon premier voyage a été entièrement financé par l’université, après dépôt d’un dossier. Le second n’a pas été financé. Je me suis organisé tardivement, le délai pour la demande de financement était clos. Cependant, durant les deux séjours j’ai eu la chance d’être hébergé dans d’excellentes conditions par l’Université du Saint-Esprit de Kaslik. J’ai été très bien accueilli sur place. L’hospitalité libanaise n’est pas une légende. Qu’il me soit permis de remercier, une nouvelle fois, tous les acteurs, libanais comme français, qui ont facilité l’organisation de ces deux séjours. J’ai aussi pu effectuer plusieurs visites de la ville au cœur de mes recherches : Byblos. Parmi les moments marquants, je retiendrai la visite des Archives patriarcales de Bkerké où j’ai eu l’occasion d’observer une bulle pontificale de 1215, source très importante pour mon sujet. Au-delà des bénéfices scientifiques, ces deux séjours particulièrement enrichissants m’ont permis de découvrir le Liban, un pays magnifique.

Tu as remporté le prix Sabatier d’Espeyran 2019 (remis en 2020), en quoi cela consiste ?

Photo lors de la remise du prix Sabatier d’Espeyran (Montpellier, le 3 février 2020)

J’ai eu la chance et l’honneur de recevoir le Prix Sabatier d’Espeyran 2019, le 3 février dernier. Ce prix, remis conjointement par l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier et la Ville de Montpellier, a pour vocation de distinguer une première réalisation scientifique. Le but est de donner de la visibilité aux travaux et d’encourager les jeunes chercheurs. L’année 2019 était consacrée aux travaux en sciences humaines. J’ai eu la chance d’être désigné lauréat parmi les 16 candidats, après dépôt d’un dossier écrit et un oral devant une commission. Autant le dire, je ne m’y attendais pas. Le jury a été sensible à mes travaux, j’en suis très heureux et remercie une nouvelle fois l’Académie pour cette reconnaissance. J’ai eu la chance de présenter mes travaux et de recevoir mon prix lors de la séance publique de l’Académie. Ce prix constitue un formidable tremplin et me pousse à m’investir encore davantage.

Bulle Quiae diviniae Sapientiae d’Innocent III (1215), Archives patriarcales de Bkerké, côte inconnue

Quels sont tes projets pour la rentrée 2020 ?

Dans la lignée des travaux effectués en master, j’ai pour projet de débuter une thèse de doctorat. Je suis actuellement en train de compléter les différents dossiers afin de me présenter au concours d’attribution des contrats doctoraux. L’obtention du contrat, d’une durée de trois ans, me permettrait de m’engager dans une thèse financée. Mes thématiques de recherches sont similaires au master, il s’agit de se pencher sur le rapport à la territorialité des Francs dans les États latins du Levant.

Vue vers le sud depuis le site archéologique de Byblos (Liban)

Un conseil pour les étudiants souhaitant s’inscrire en master ?

Que l’on souhaite poursuivre sur une thèse ou non, le Master Mondes Médiévaux est très formateur et j’encourage vivement les étudiants à s’y inscrire. La rédaction d’un mémoire, avec tout ce que cela implique, constitue une excellente expérience qui apprend le dépassement de soi, la rigueur et la persévérance. L’équipe enseignante, bienveillante et disponible, ainsi que le format du master assurent un enseignement de qualité, qui ouvre vers des horizons multiples (thèse, concours de l’enseignement, de bibliothécaire, etc.).

Vu sur la baie de Jounieh depuis les premiers contreforts du Mont Liban

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search