Étudier les Vikings en Norvège : Cléa Ancian et son année en Erasmus

Cléa Ancian a validé sa deuxième année du Master Mondes Médiévaux (2018-2019) en mobilité Erasmus. Elle nous raconte son parcours.

Après avoir suivi une double licence à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (Culture des Mondes Antiques et Médiévaux, Histoire), vous vous êtes inscrite au Master Mondes Médiévaux et vous avez validé votre première année. Sur quoi avez-vous travaillé et comment avez-vous choisi votre sujet ?

J’ai travaillé sur les négociations entres Vikings et Anglo-Saxons en Angleterre entre le IXe et le XIe siècle et sur la manière dont les Vikings sont décrits dans les sources anglo-saxonnes entre les Xe et XIIe siècles.

A l’origine, je voulais travailler spécifiquement sur Æthelflead, une femme de pouvoir qui s’était battue contre les Vikings. Ce sujet m’est venu en lisant la série de livres de Bernard Cornwell « The Last Kingdom », dont l’intrigue prend place en Angleterre pendant les attaques vikings. L’auteur, à la fin d’un des tomes, signale qu’il y a peu de travaux d’historiens sur Æthelflead, qui apparaît dans l’histoire, et trouve que c’est bien dommage. Malheureusement les sources sur ce personnage se sont révélées trop peu nombreuses, surtout pour un premier travail de recherche. M. Granier m’a alors aidée à trouver un autre sujet dans le même thème. La définition plus précise du sujet, et particulièrement des bornes chronologiques, s’est faite après avoir travaillé les sources une première fois.

Comment avez-vous trouvé votre première année de Master à Montpellier ?

J’ai trouvé que les étudiants étaient bien accompagnés, malgré la nouveauté par rapport à la licence. Mes souvenirs sont peut-être un peu enjolivés, mais il me semble que la quantité de travail demandée était tout à fait supportable. Chaque cours était ciblé sur un sujet vraiment spécifique, ce qui est agréable après les trois années de licence à parcourir « de loin » certains sujets.

La Stavikirke de Borgund (Norvège), église en bois construite avant 1200 (© Douglas Pearson / Getty Images)

Après votre première année, vous avez décidé de valider votre M2 en faisant un séjour Erasmus en Norvège. Pourquoi ce choix ?

En fait, j’aurais voulu valider ma L3 Histoire en Erasmus, puis rentrer pour mon Master en France. Finalement, je n’ai pas fait les démarches cette année-là : je me suis trop inquiétée, et j’ai laissé passer le délai de fin des candidatures. L’année suivante, je me suis mieux motivée et j’ai décidé de candidater, même si cela me terrifiait. Mais pour aller où ? Je m’intéressais aux Vikings depuis longtemps, sans avoir la possibilité d’approfondir vraiment le sujet à Montpellier. La Scandinavie s’imposait donc comme la destination idéale. J’avais deux choix : l’université de Stockholm ou de Tromsø. Pour aller étudier à Stockholm, j’aurais dû parler suédois… enfin, c’est en tous cas ce que j’avais lu, mais je me dis maintenant qu’il est très probable que j’aie mal lu ! Ça a donc été l’université de Tromsø, ville dont je n’avais jamais entendu parler, perdue au nord de la Norvège, à 300km au nord du cercle polaire !

La ville de Tromsø (Norvège), 300 km au nord du cercle polaire, plongée dans la nuit polaire (cliché Svein-Magne Tunli – www.tunliweb.no) .

Comment avez-vous préparé ce départ et comment l’avez-vous financé ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup préparé mon départ, si ce n’est en stressant. La seule chose qui nécessitait une préparation était le choix des cours, qui pouvait de toute façon être modifié une fois là-bas, et le logement. J’ai fait une demande pour une chambre étudiante auprès de l’équivalent norvégien du CROUS et j’ai eu une réponse positive un mois ou deux avant le départ. La plupart des étudiants étrangers reçoivent un logement. Pour ce qui est du financement, j’avais accès à deux bourses : une bourse du CROUS et une de la région. Les règles ont changé un mois avant mon départ, donc je suis partie sans savoir ce que j’allais recevoir. Dans tous les cas, j’avais la chance que mes parents puissent m’aider financièrement, ce qu’ils ont fait en complément de la bourse que je recevais, quand ça a été nécessaire. La bourse a cependant couvert environ les trois quarts des dépenses, je pense.

L’université de Tromsø – Université de l’Arctique de la Norvège.

Que vous a apporté cette expérience dans un pays et dans une université étrangers ?

J’ai trouvé cela très intéressant de voir comment fonctionnait une université norvégienne. Les relations entre professeurs et élèves sont beaucoup plus détendues : pas de vouvoiement, les professeurs sont appelés par leurs prénoms… Le travail demandé était, d’après mon expérience, bien moindre qu’à l’UM3. Il en va de même pour le pays : la Norvège est très différente de la France, bien que les deux pays partagent beaucoup de valeurs communes. Pour généraliser, je pense que ce séjour à l’étranger m’a rendu plus forte, en me forçant hors de ma zone de confort, mais aussi plus ouverte et plus critique.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui s’inscrivent au Master Mondes Médiévaux ?

Choisissez un sujet qui vous enthousiasme : vous allez passer des heures dessus, donc prenez quelque chose sur lequel vous savez que vous allez aimer travailler.

Et quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaitent effectuer des séjours Erasmus ?

N’hésitez pas ! Même si cela vous stresse autant que moi (oui, je suis assez stressée de nature), foncez !

Des projets pour l’avenir ?

Après mon année d’Erasmus, j’ai décidé de rester à Tromsø, ce qui ne facilite pas ma recherche d’emploi… Mais j’espère rester en Norvège encore quelques années !


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search