Deux étudiants du master Mondes Médiévaux obtiennent un contrat doctoral

Chaque année, l’École doctorale 58 – à laquelle est rattaché le CEMM – propose plusieurs contrats doctoraux offrant aux étudiants la possibilité d’obtenir un financement pour trois ans. Cette année deux étudiants issus du master Mondes Médiévaux ont décroché un contrat : Florian Artaud et Gaëlle Pinède.


Guillaume de Tyr, Historia, Paris, BnF, fr. 69v, Siège de Jérusalem (1099) Source: mandragore.bnf.fr

Florian Artaud (voir aussi l’entretien déjà publié dans ce carnet) prépare une thèse sur l’Orient médiéval, plus particulièrement sur la territorialité des établissements monastiques latins du Levant (XIIe-XIIIe siècle) sous la codirection d’Isabelle Augé et Marie-Anna Chevalier. Ses recherches se concentrent sur les communautés monastiques latines dans les Etats du Levant, fondés après à la première croisade. Les établissements monastiques sont rapidement devenus de puissants propriétaires fonciers. Pour autant aucune étude d’ampleur ne leur a été consacrée. L’objectif de sa thèse est d’étudier le rôle qu’ont joué ces établissements dans l’organisation et la structuration de ces nouveaux territoires. Quels sont les enjeux, l’ampleur et les caractéristiques de leur implantation dans les États latin du Levant ? Afin d’étudier au mieux ces communautés, plusieurs types de sources sont mobilisées : essentiellement des actes de la pratique (chartes) et, dans une moindre mesure, des sources littéraires et archéologiques. Son sujet permet d’avoir recours à diverses compétences, qui vont de la paléographie, pour l’édition des chartes, à la cartographie et la géomatique, pour la construction de cartes.

Les États latin du Levant au XIIe siècle. © O. Rosello

Sainte-Croix de Celleneuve (Montpellier), vue depuis l’ouest (photo modifiée par un rendu effet aquarelle) © G. Pinède

Gaëlle Pinède prépare une thèse en Histoire de l’art médiéval sous la direction de Géraldine Mallet. Ses recherches portent sur l’architecture religieuse dans l’ancien diocèse de Maguelone (début du XIe siècle – 1re moitié du XIIIe siècle). La création artistique de l’Europe médiévale, à partir du XIe siècle et jusqu’au début du XIIIe siècle, est qualifiée d’art « roman ». L’architecture dite « romane » est notamment présente dans l’Hérault, sur le territoire  de  l’ancien  diocèse  de  Maguelone.  De  nombreuses  églises  et  chapelles  médiévales  s’y trouvent ; leur état de conservation est hétérogène et il n’existe à ce jour aucune liste à vocation exhaustive de ces vestiges. Afin de répondre à cette lacune historiographique, une approche pluridisciplinaire va être menée. Tout d’abord,  il  s’agit  de  recenser,  d’après  les  sources  historiques,  les  mentions  de  circonscriptions religieuses et  de lieux  de culte.  Ensuite,  il  faut étudier l’évolution  de leurs  toponymes afin  de les localiser  sur  les  cartes  actuelles.  Ce  travail  systémique  permet  d’affiner  la  vision  du  diocèse  de Maguelone à l’époque médiévale. Puis interviennent l’étude architecturale et le recours aux relevés photogrammétriques. Enfin, la réalisation d’une base de données rendant accessibles les informations récoltées  et  la  modélisation  en  3D  de  certains  édifices  visent  à  permettre  la  valorisation  de  ce patrimoine.

Saint-Sylvestre-des-Brousses (Puéchabon), façade méridionale (photo modifiée par un rendu effet aquarelle) © G. Pinède
Test  d’intégration  de  rendu  3D,  Saint-Sylvestre-des-Brousses  (Puéchabon),  façade méridionale. © G. Pinède

Comment obtenir un contrat doctoral ?

Pour postuler à un contrat doctoral, il faut être titulaire d’un Master 2 et avoir obtenu la note minimum de 14/20 au mémoire de M2. Si ces deux conditions sont réunies, alors vous pouvez y prétendre. Il vous faudra ensuite discuter avec un éventuel directeur de recherche (soit un professeur, soit un MCF titulaire d’une HDR) d’un sujet de thèse réalisable et qui vous intéresse. Une fois le directeur et le sujet choisi, il faut monter un dossier à remettre à l’École doctorale. Ce dossier doit inclure un élément essentiel : le projet de thèse d’une douzaine de pages exposant le sujet, la méthodologie, les sources, un calendrier prévisionnel et une bibliographie. Si vous passez l’étape du dossier écrit, vient le moment de l’oral : il faut le préparer, car il s’agit d’un véritable concours avec des places limitées.

Au cours de l’épreuve orale, vous aurez 10 minutes pour présenter une nouvelle fois votre sujet, en ayant soin de présenter vos sources et bien expliquer la méthodologie que vous entendez suivre (bien entendu sans répéter mot par mot votre projet de thèse) ; puis vous disposerez de 10 minutes supplémentaires pour répondre aux questions du jury. Surtout, il faut savoir s’adapter à son public car les membres du jury, composé essentiellement des directeurs de laboratoire, de représentants des doctorants et quelques intervenants extérieurs, ne sont pas forcément spécialistes de nos disciplines. Ne vous inquiétez pas pour l’oral : selon une tradition bien établie au CEMM, votre directeur vous prépare à cet exercice. D’autres membres du laboratoire, comme des doctorants, peuvent aussi vous faire répéter votre oral.

Pour en savoir plus sur les contrats doctoraux, vous pouvez vous renseigner tout au long de l’année sur le site de l’ED 58, mais aussi auprès des enseignants-chercheurs du laboratoire ou encore parler aux doctorants ayant obtenu un contrat (ils seront votre source d’information la plus riche).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search